Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 avr. 2022

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

L’indécence du vote Macron

Emmanuel Macron a été très clair. Tout vote Macron sera considéré comme un vote d’adhésion. La majorité des électeurs ne veut ni Macron ni Le Pen. Voter Macron pour éliminer Le Pen ? D’accord ! Mais comment éliminer Macron ? Que ceux qui votent Macron dimanche, s’engagent à voter Mélenchon aux Législatives. Et pour les mêmes raisons.

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En démocratie, il existe trois manières d’exprimer son opinion politique :

  • Le vote
  • La manifestation 
  • L’abstention

Symbole de la démocratie représentative, le vote est une délégation faite à un tiers pour exprimer à sa place une opinion politique

Symbole de la démocratie participative, la  manifestation est une expression directe de son opinion politique. Elle trouve son fondement dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui précise que tout citoyen a le doit de concourir directement à l’élaboration de la loi commune.

Symbole du rejet de l’offre politique, l’abstention peut être systématique ou intermittente. 

Le vote du 10 avril dernier a proposé une nouvelle offre politique. Conformément à la thèse de Jérôme Fourquet, il existerait une archipélisation de la société française. Cet archipel français s’exprimerait désormais par le biais de quatre électorats distincts :

  1. L’électorat abstentionniste
  2. L’électorat Macron
  3. L’électorat Le Pen
  4. L’électorat Mélenchon

L’électorat abstentionniste est le plus nombreux. Il a obtenu le plus de voix au premier tour de l’élection présidentielle tant en 2017 qu’en 2022. 

En 2017, l’abstention représentait presque le double des voix obtenus par l’ensemble des candidats en dehors des quatre arrivés en tête. Et son score était supérieur à celui de chaque candidat.

En 2022, l’abstention représentait plus de voix que celles de l’ensemble des candidats en dehors des trois arrivés en tête. Et son score était supérieur à celui de chaque candidat.

L’abstention est un marqueur de la présidence Macron.

L’électorat abstentionniste est composite. Il est divisé entre ceux qui ne votent jamais et ceux qui votent parfois. 

Fruit d’une défaillance citoyenne, l’abstention systématique est stable. Elle est estimée à 12%. Auxquels s’ajoute le pourcentage des non-inscrits, soit 5% de l’électorat.

Et donc la part de l’abstention intermittente, expression d’un rejet de l’offre politique proposée, est la part de l’abstention au-delà de 17%.

En 2022, l’abstention s'élève à 26,31% des inscrits. Et donc l'abstention intermittente s’élève à 9,31% de l’électorat soit plus de 4,5 millions de votants… c’est-à-dire un score supérieur au total des voix des représentants des partis qui ont gouverné la France ces vingt dernières années : LR + PS + EELV.

Loin derrière l’abstention se situe l’électorat Macron.

L’électorat Macron est le plus âgé. La part des inactifs y est importante, notamment les retraités. Le revenu est le critère définitif de cet électorat. Parmi les actifs, il est essentiellement représenté par la part de ceux dont le revenu est supérieur au salaire moyen : La tranche haute des professions intermédiaires, des commerçants, des artisans ainsi que des chefs d’entreprise. C’est un électorat plutôt urbain. Et c’est plutôt un électorat de centre droit.

Consolidé avec les vote Pécresse, Hidalgo et Jadot, l'électorat Macron représente 28,11% des inscrits soit plus de 13,7 millions de votants.

Ce courant est largement subventionné par l'État, à hauteur de plus de 50 millions d'euros chaque année :

  • En Marche                                                         22 220 050,76 Euros
  • Les Républicains                                               12 880 944,88 Euros
  • Parti socialiste                                                     6 001 343,35 Euros
  • Mouvement démocrate                                      4 516 652, 98 Euros
  • Union des Démocraties, radicaux et libéraux  3 867 497,18 Euros
  • Parti radical de Gauche                                        824 769,87 Euros

Et une partie d' EELV                                                  1 419 570,77 Euros

Vient ensuite l’électorat Le Pen

Le lieu de résidence et le niveau d’éducation sont les deux marqueurs de cet électorat. L’électorat Le Pen est principalement rural ou habite dans les petites villes dans la périphérie des grandes métropoles. En termes de revenus, les électeurs de Le Pen se situent parmi ceux dont le revenu est inférieur au salaire médian. C’est clairement un électorat de droite.

En 2007, Sarkozy avait capté la part de l’électorat Le Pen la plus autoritaire et xénophobe. En 2022, Zemmour a joué ce rôle. Dans les deux cas, cette part se montait à 5% de l‘électorat global.

Consolidé des votes Zemmour et Dupont-Aignan, l'électorat Le Pen se monte à 23,28% des inscrits soit plus de 11,3 millions de votants

Ce courant est subventionné par l'état à hauteur de 5 144 536,32 Euros chaque année.

Enfin l’électorat Mélenchon 

Bernie Sanders français, Jean-Luc Mélenchon a su capter un électorat urbain, jeune et qui se situe parmi les franges les mieux éduquées de la population. L’électorat Mélenchon est un vote ultra-périphérique puisque l’outremer l’a largement plébiscité. Mais il est aussi proche périphérique puisque la banlieue a voté pour Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle.  Et c’est également le vote des grandes métropoles. Il s‘agit en fait de l’électorat de la gauche organisée : syndicale, alternative et écologique.

Consolidé des votes Arthaud, Poutou, Roussel,  l'électorat Mélenchon se monte à 18,42% des inscrits soit près de 9 millions de votants.

Ce courant est subventionné par l'état à hauteur de plus de 6 millions d'euros chaque année :

  • La France Insoumise            4 459 212,20 Euros
  • Parti Communiste Français 2 156 743,07 Euros

Et une partie d' EELV                                                  1 419 570,77 Euros

Dans une démocratie digne de ce nom, ces quatre composantes de l’électorat français devraient être représentés.

L’abstention représente la démocratie participative: elle exprime son opinion directement dans la rue. L’appel au vote utile ou républicain ne la concerne pas.

Les trois autre électorats soutiennent la démocratie représentative. Leur représentation tant au niveau de l’exécutif qu’au niveau législatif est un impératif de notre démocratie. Sans cette présence, il est vain de parler de démocratie en France.

Faire barrage à Marine Le Pen signifie d’empêcher la représentation d’une large composante de l’électorat français.

Demander à l'électorat Mélenchon de voter pour Macron signifie de renier sa nature même, ses convictions les plus intimes.

C'est l'acte de soumission ultime.

C'est un acte d'une rare violence.

Il intime l'ordre aux électeurs de Mélenchon de confirmer eux-mêmes leur statut d'indigène, c'est-à-dire d'absents de la représentation démocratique.

Si cette injonction se réalisait, elle supposerait un quinquennat sous le régime du parti unique. Nous ne serions plus en démocratie.

Pour pallier ce danger démocratique, et par honnêteté intellectuelle, ceux qui réclament de voter Macron pour bloquer Le Pen ont le devoir moral de s’engager à voter Mélenchon aux législatives. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt