La droite a gagné, les femmes ont perdu !

Article publié en 2015

Fidèle à sa tradition, la Droite remporte des élections en écartant les femmes. Fidèle à son histoire, la Gauche permet un nouveau progrès social et oublie de le promouvoir.

On peut imaginer une élection présidentielle en France où tous les candidats des partis seraient des femmes. Et ce fut le cas dans beaucoup de partis politiques : De l’extrême-droite de Marine Le Pen à l’extrême-gauche de Nathalie Artaud en passant par les écologistes d’Eva Joly. Tous les partis ? Non ! A droite, l’alliance UMP-UDI-Modem est une affaire d’hommes et les femmes sont priées de circuler. Il n’y a aucune chance que le Centre ni la Droite présentent une candidate à l’élection présidentielle de 2017.

Malheureusement, c’est la droite qui a gagné les dernières élections départementales et le Progrès Social enclenché par la Gauche a pris du plomb dans l’aile.

Grâce à la Gauche, la représentation politique au niveau départemental est conforme à la société qu’elle est censée représenter : Les conseils départementaux sont composés de 50 % de femmes et de 50 % d’hommes. Mais quand il s’est agi d’élire les présidences de ces Conseils départementaux, seules 8 femmes ont été élues :

A droite

  • 45 Présidents UMP dont 2 femmes, Martine Vassal et Valérie Simonet, respectivement Présidentes du Conseil Départemental des Bouches du Rhône et de la Creuse soit 4,44 % des Présidents UMP
  • 14 Présidents UDI dont 1 femme, Nassimah Dindarn, réélue Présidente du Conseil Départemental de la Réunion soit 14,28 % des Présidents UDI
  • 7 Présidents DVD dont 1 femme, Christine Bouquin, Présidente du Conseil Départemental du Doubs soit 7,14 % des Présidents DVD

 A gauche

  • 26 Présidents PS dont 4 femmes, Nathalie Sarrabezolles, Sophie Pantel, Hermeline Malherbe et Josette Borette-Licertin, respectivement Présidentes du Conseil Départemental du Finistère, de Lozère, des Pyrénées-Orientales et de Guadeloupe soit 15,38 % des Présidents PS

Voilà la triste réalité de la vie politique française. Et compte tenu de sa droitisation, cette situation devrait perdurer au moins encore une dizaine d’années.

Heureuse la militante UMP-UDI-MODEM, le royaume des simples en esprit lui est ouverte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.