Le jour où le vilain djihadiste a tué le gentil moujahid

Article publié en 2015

Ca y est ! Manuel Valls a décrété la guerre aux djihadistes. La ménagère de plus de 50 ans peut se rassurer. Tout djihadiste quel que soit son âge, son sexe, son état d’ébriété sera arrêté, jugé en comparution immédiate et jeté en prison. Grâce à tout l’arsenal sécuritaire mis en place, on respire enfin. Il fera désormais bon vivre au pays des Blancos. Oui, mais qu’en est-il des moudjahidines ? Ne devrait-on pas s’en méfier tout autant ? Et d’ailleurs où sont-ils passés ?

Avant que les Américains ne décident de révolutionner notre géographie du Moyen-Orient, il n’était question que de moudjahidines, pluriel du mot arabe moudjahid, celui qui performe le jihad.

En France, on connaissait bien ce terme de moudjahid, prononcé à l’algérienne. El Moudjahid était en effet le journal du F.L.N. avant de devenir le principal organe de presse de la République Démocratique et Populaire Algérienne, souveraine et indépendante. Sa devise était et est toujours la Révolution par le peuple et pour le peuple. L’armée de la république française a suffisamment tué de moudjahidines, qui étaient d’ailleurs à l’époque des sujets français. On peut même dire que l’armée française avait une parfaite connaissance de ces moudjahidines. Les Parachutistes prétendaient apprécier ses chefs comme Ben M’hidi… ce qui ne l’ont pas empêché de le torturer et de l’assassiner. Bigeard parlera de son ami Ben M’hidi. Certains n’ont jamais eu la pudeur de se taire.

Alors comment se fait-il que le gouvernement français parle aujourd’hui de djihadistes et ne mentionne plus les moudjahidines ?

Avant que l’on ne décide que le pétrole des Arabes était un bien trop précieux pour qu’il ne soit pas américain, un moudjahid était un résistant. Il combattait pour sa liberté. Et l’on connaissait le nom officiel des mouvements de moudjahidines dans chaque pays concerné. On connaissait son organisation et le nom de ses responsables. Ils avaient d’ailleurs toujours un porte-parole officiel. Il en fut ainsi du F.L.N. comme il en est encore aujourd'hui du Hizbullah ou du Hamas. Leurs actes étaient toujours revendiqués et leurs revendications étaient claires. Leurs actions étaient toujours délimitées géographiquement.

Puis sont venus les Américains et l’O.T.A.N. post-soviétique et là sont apparus des mouvements dont on ne connaît ni les revendications ni l’organisation et encore moins le nom ou la nationalité de ses représentants. Ces mouvements portent des noms qui ne signifient rien en termes spirituels bien qu’officiellement ils se réclameraient de leur religion. Il faut dire que d’un point de vue marketing, al Qaïda sonne mieux que groupe pour la prédication et le salut. Et ISIS, on dirait une marque de lessive…

C’est ainsi que le moudjahid oriental a disparu pour laisser la place au djihadiste occidental.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.