Lettre à "l'Etat Islamique"

Article publié en 2015

Je m’adresse à toi qui prétends parler en mon nom. Moi je ne parle qu’en mon nom car je suis musulman et ne suis ni pape, ni cardinal, ni archevêque, ni évêque, ni curé.

Non, je ne crois pas en ce que tu crois et certes, tu ne crois pas en ce que je crois. A toi, ton système de pensée et les conséquences de ton système de pensée et à moi, mon système de pensée et les conséquences de mon système de pensée.

Tu cites le Qur’an alors je citerai le Qur’an, et le verset 99 de la dixième sourate :

 و لو شاء ربك لا من من في الارض كلهم جميعا أفأنت تكره الناس حتى يكونوا مؤمنين 

Je te laisse méditer ce verset. Il est un signe pour ceux qui réfléchissent.

Dieu n’a besoin d’aucune de vos mains. Il est الْقَيُّوم . Il est tel l’hydrogène pour l’homme. Nous avons tous besoin d’hydrogène mais l’hydrogène n’a pas besoin de nous.

La Syrie, par contre, a besoin d’être défendue. C’est elle et non l’Islam qui est attaquée.

Et je ne connais pas de guerres que l’Islam ait perdues. Il y a aujourd’hui plus de musulmans qu’il y en avait hier et il y a aujourd’hui moins de musulmans qu’il y en aura demain. Et cela fait quinze siècles que cela dure.

Rappelle-toi Abd-el-Mouttalib : L’Islam a son maître. Ton rôle est de garder tes chameaux. Mais tu n’es pas Syrien alors comment pourrais-tu comprendre ?

Je comprends le combat juste de ceux qui défendent leur pays contre un pays étranger. Et oui, la Syrie est un pays qui est agressé par un pays étranger, par plusieurs même. Mais tu n’es pas là pour la défendre, n’est-ce pas ? Tu es en service commandé par ceux qui n’osent même pas dire leur nom.

J’écris en français car je sais que tu comprends le français. J’aurais bien écris en hébreu pour que tu comprennes mieux mais je ne connais pas cette langue.

Dis à tes amis, les Beni Nadir, que vous ne me trompez pas. Je sais qui vous êtes et pour qui vous combattez. Et je sais pourquoi vous n’avez jamais essayé de récupérer le Golan qui est pourtant un territoire syrien. Mais tu n’es pas Syrien alors comment pourrais-tu comprendre ?

Je sais pourquoi vous avez attaqué le Hizbullah.

Combien de musulmans avez-vous tué hier à Beyrouth ? Combien de musulmans avez-vous tué aujourd’hui à Paris ?

Je comprends pourquoi tu as attaqué la France et l’Allemagne jouant un match amical. Cette collaboration t’était difficilement supportable, j’imagine.

Lâchement, tu t’es attaqué à des innocents. Au moins les Beni Nadir venaient en nombre égal. Dans ta profonde ignorance, tu as feint d’oublier que les français sont dans leur immense majorité contre cette guerre en Syrie. Ils en sont les victimes. Et toi tu décides de t’en prendre à ces pauvres innocents. Dans la démocratie française, le peuple français n’a jamais été consulté pour aller faire la guerre à des peuples qui ne leur ont rien fait, ni en Afghanistan, ni en Iraq, ni au Mali, ni en Libye et surtout pas en Syrie. Crois-moi, les Français ne sont pas les ennemis des Syriens. Et je sais que les Syriens ne sont pas les ennemis des Français. Mais tu n’es pas Syrien alors comment pourrais-tu comprendre ?

Quant à cette ridicule affaire de « caricatures », les français n’en sont pas responsables. Dans cette affaire, il n’était question ni de caricature ni de prophète. Crois-tu vraiment que ces dessinateurs savaient à quoi ressemblait le prophète. Leur ignorance était sans fond. Ils se sont dit « Ce doit être un arabe alors on va lui faire une tête d’arabe ». Comme si les Arabes avaient un type précis.

Non, ils se sont dit la même chose que ce qu’en 33, les caricaturistes du Stürmer se disaient : « Ce doit être un juif alors faisons lui une tête de juif ».  

Alors oui, il y a en France des racistes. Ce sont peut-être ceux qu’on entend le plus. Mais ce ne sont pas les plus nombreux. Ici, les racistes ont la télévision, les journaux et les politiques pour eux. Mais leur pouvoir s’arrête là.

Quant à ceux qui prétendent combattre l’Islam, comment le pourraient-ils ? L’Islam est une idée. Pour le combattre, il faut en avoir une autre, plus puissante, plus révolutionnaire. Et ces pauvres d’esprit islamophobes n’ont pas d’idées. Ils n’en ont même pas pour eux-mêmes.

Je vois que ta foi est faible. Comme je te plains. Pourtant ce serait si simple. Il te suffirait de lire. Pose ton arme et lis le Qur’an. Tu le sais, l’encre du savant vaut mieux que le sang du martyr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.