Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2022

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Comprendre le salaire d’un routier

Sans les routiers, la vie durant le COVID aurait été intenable. Au même moment, nous avions pris l’habitude d’applaudir les soignants. Et nous avons eu raison. Ils le méritent. Les routiers n’ont pas eu droit à la même gratitude. Cet article entend leur rendre hommage.

Yamine Boudemagh
Citoyen Hyper-Engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La meilleure manière de remercier les chauffeurs routiers de nous garantir notre qualité de vie est de comprendre leur journée de travail.

Et la meilleure manière de comprendre leur journée de travail est de regarder leur fiche de paie.

Un routier a eu la gentillesse de me montrer sa fiche de paie. Et pour cela, il sera certainement l’objet d’une mise à pied conservatoire puis d’un licenciement. Ce simple geste, montrer sa fiche de paie, geste anodin pour toutes les autres professions, est considéré comme une faute lourde par les employeurs de chauffeurs routiers.

Un chauffeur routier n’a pas le droit d’évoquer publiquement ses conditions de travail.

Pour cette raison, je respecterai l’anonymat de cette fiche de paie, tant celui du salarié que celui de son employeur.

Lorsque l’on connaît les conditions de travail d’un chauffeur routier en France, on comprend parfaitement pourquoi il est interdit d’en parler.

Aujourd’hui, il est de bon ton de parler des conditions de travail au Qatar avant la coupe du monde. Pourtant les mêmes, qui s’offusquent de l’absence d’égalité devant la loi au Qatar, ferment les yeux sur cette absence d’égalité en France dans le monde du transport routier.

Dans l’exemple que je vous soumets, on voit sur sa fiche de paie que le transporteur travaille 220 heures par mois.

© Yamine Boudemagh

Arrêtons-nous un instant sur ce chiffre : 220 heures par mois

  • 220 heures par mois, cela signifie que le chauffeur routier travaille 10 heures par jour, cinq jours par semaine, toute l’année.
  • 220 heures par mois, cela signifie que le chauffeur routier ne voit ni sa femme, ni son mari (en France, 10% des chauffeurs routiers sont des femmes) durant toute la semaine.
  • 220 heures par mois, cela signifie que le chauffeur routier ne voit pas non  plus ses enfants quand il en a, qu’il ne participe pas à leur éducation, qu’il ne partage leur petit-déjeuner, qu’il ne leur demande comment ça se passe à l’école, comment ça se passe avec leurs amis, s’ils ont des amis voire des petits ami.e.s.
  • 220 heures par mois cela signifie que le chauffeur routier est un étranger au sein de sa propre famille.
  • 220 heures par mois, cela signifie qu’il n’a pas d’autres activités que son métier, qu’il ne participe pas à la vie sociale de son quartier, qu’il ne pratique pas de sport dans un club, bref qu’il n’a pas d’amis.
  • 220 heures par mois, cela signifie qu’il passe dans sa cabine 10 heures par jour, tout seul, sans pouvoir parler à personne, chaque jour de la semaine, toute l’année. Les répercussions sur son équilibre psychique, sur sa santé mentale sont terribles.
  • 220 heures par mois, cela signifie qu’il travaille 50 heures par semaine c’est-à-dire qu’il travaille plus que les 48 heures hebdomadaires, obtenues de haute lutte, après la fameuse manifestation internationale du 1er mai 1886 aux Etats-Unis et 1er mai 1890 en France. Il faudra attendre la fin de la première guerre mondiale et le Traité de paix à versailles pour voir le législateur imposer en France une journée de travail de 8 heures : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de vie sociale. À l’époque, la semaine de travail comporte 6 jours, seul le dimanche est chômé. Le décret d’application n’interviendra que 7 ans plus tard. Et donc dès 1926, la durée de travail hebdomadaire devient donc 6 fois 8 heures soit 48 heures. Près d’un siècle plus tard, en octobre 2022, il existe encore des travailleurs qui travaillent plus de 48 heures par semaine de 5 jours. Ce sont entre autres les chauffeurs routiers.
Un vieux dessin hélas toujours d'actualité
  • 220 heures par mois, cela signifie 68 heures de plus que tous les autres travailleurs. En fait, on reconnaît au chauffeur routier, son droit à travailler 152 heures comme tout le monde depuis les 35 heures. Mais on l’oblige à travailler plus. Comment ? D’abord en le payant au SMIC. Dans notre exemple, le chauffeur routier gagne 1690, 24 euros de salaire brut soit moins que la majorité des travailleurs français. En effet, le salaire médian en France est de 1789 euros nets c’est-à-dire que 50% des français gagnent plus de 1789 euros nets par mois. Et la Direction de la Recherche des Études, de l’Évaluation des Statistiques (DREES) estime qu’on ne peut vivre décemment en France qu’avec un salaire supérieur à 1775 euros.

    "En 2008, le minimum pour vivre était estimé dans l’enquête à 1332,4€ en moyenne pour une personne seule, tandis que le Smic net était de 1027,47€ à l’époque. Le minimum pour vivre était donc 30% au-dessus du Smic net.

    En 2020, le minimum pour vivre (toujours selon l’enquête) était de 1775€ selon les français-e-s, le smic net était lui de 1219€. L’écart s’est donc élevé à plus de 45%. "

Donc le chauffeur routier n’a pas d’autre choix que d’accepter de travailler un nombre d’heures plus élevé que la moyenne du nombre d’heures travaillées en France. Au détriment de son équilibre psychique, sa santé mentale, sa vie familiale, sa vie sociale… 

Et ces heures supplémentaires ne sont pas toujours payées comme des heures supplémentaires majorées à 50%. 34 heures travaillées en plus sont considérés comme des heures d’équivalence (sic) et elles sont majorées à 25%. Au delà viennent les heures supplémentaires proprement dites. Et comme on le voit sur la fiche de paie donnée en exemple, il y a aussi les heures de nuit.

Il est utile de préciser qu'un chauffeur routier en France au XXIème siècle n'a pas d'autre choix que de dormir dans son camion. Lorsque son travail l'oblige à livrer plus loin de son domicile que les 10 heures de route journalières, alors l'employeur lui octroie généreusement 23,73 euros d'indemnités hotel. La moyenne du prix d'une nuit d'hôtel dans les hôtels dits "super éco" est en France de 45,8 euros. Avec 23,73 euros, on ne peut pas dormir à l'hôtel en France. À quoi sert cette indemnité ?

Il est tout aussi utile de préciser qu’une heure de travail pour un chauffeur routier est une heure de conduite; les pauses obligatoires de 45 minutes tous les 4 heures 30 ne sont pas comptabilisées dans les heures de travail…. Comme si au bureau, chaque fois que vous levez votre stylo, ou que vous arrêtez de taper sur votre clavier, ou pire encore chaque fois que vous prenez une pause café, votre temps de travail s’arrêtait pour reprendre à la fin de la pause. Chaque camion est équipé d’un lecteur de carte, le chrono tachygraphe, qui calcule le temps effectif de “travail” du chauffeur routier. 

© Yamine Boudemagh

Alors merci aux chauffeurs routiers, 

Merci de nous garantir une qualité de vie qui vous est interdite

Merci de nous garantir une vie de famille qui vous est interdite

Merci de nous garantir une vie sociale qui vous est interdite

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani
Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial