Merci François Fillon

Il faut remercier François Fillon d’avoir révélé les pratiques de certains députés. Il faut le remercier encore car ces pratiques questionnent l’utilité même de la fonction. Qu’est-ce qu’un député ? Quel est son rôle ? Pourquoi a-t-il besoin d’un assistant en circonscription ?

etats-generaux-1302

Qu’est-ce qu’un député ?

« Élu pour représenter la Nation, le député participe à l’exercice de la souveraineté nationale. Il vote la loi et contrôle l’action du Gouvernement. » peut-on lire sur le site de l’Assemblée Nationale.

Quel est son rôle ?

L’article 24 de la Constitution est clair :

« Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. »

Le rôle d’un député est donc de voter la loi, de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer les politiques publiques.

Quel n’est pas le rôle d’un député ?

elus-web
Elu pour représenter la "nation assemblée", son rôle n’est pas de représenter ses électeurs potentiels dans sa circonscription.

Son rôle est encore moins de servir d’intermédiaire entre les français et l’administration.

Ce rôle est dévolu aux élus locaux. Et ils sont légion : Du Conseiller Municipal, au Maire en passant par le Conseiller Départemental et Régional.

Et un député n’est pas un élu local.

D’ailleurs, à partir de juillet 2017, les députés n’auront même plus le droit de cumuler un mandat parlementaire et des fonctions exécutives locales.

Le lieu de travail d’un député est l’Assemblée Nationale et seulement l’Assemblée nationale.

Alors pourquoi l’Assemblée Nationale lui finance un(e) assistant(e) travaillant dans la circonscription ?

Toute l’affaire François Fillon n’aurait pas eu lieu si l’Assemblée Nationale respectait l’esprit de la Constitution.

Et d’ailleurs pourquoi un député a-t-il un besoin de se rendre dans la circonscription qui l’a élu ?

La réponse à cette question est simple. Le député se rend dans sa circonscription par pur clientélisme. Il s’agit la plupart du temps d’assurer sa réélection.

Et c’est l’Assemblée qui finance soit par le biais de la réserve parlementaire soit par le biais des frais de représentation et/ou du crédit collaborateur. Les articles L52-3-1 à L52-18 interdisent pourtant les dons au profit d'un candidat au-delà de 4 600 euros par élection.

Il n’est pas rare de voir un député inviter, aux frais du contribuable, de potentiels électeurs à un buffet dans un hôtel huppé. A ce moment, le député ne remplit pas le rôle qui lui est dévolu. Il est en campagne tout simplement. Une campagne financée donc par l’Assemblée Nationale, financement dont ne bénéficient pas ses concurrents. L’Assemblée Nationale finance ainsi une prime au sortant qui ne garantit pas le nécessaire renouvellement de la classe politique.

Dans les circonscriptions législatives des Français établis hors de France, il n’est pas rare de voir un député entretenu par l’Ambassade. Est-ce le rôle d’une ambassade ?

Certes, il peut y avoir d’autres raisons comme de se rapprocher de chez soi surtout lorsque le député s’y rêve châtelain.

…ou lorsque la circonscription révèle un intérêt certain, surtout si celle-ci comprend des pays comme la Thaïlande, comme c'est le cas pour la onzième circonscription législative des français établis hors de France.

Lors de la prochaine législature, il sera certainement interdit à un député d’embaucher un membre de sa famille.

Il serait judicieux de supprimer aussi le crédit collaborateur de l’assistant(e) en circonscription.

Mais le plus important serait d’imposer le mandat unique, sans réélection possible.

Seulement, à cette condition, le député pourra se consacrer exclusivement à sa tâche législative.

Et il est primordial pour notre démocratie de renouveler le personnel législatif tous les 5 ans.

Si le rôle d’un député est d’élaborer la loi, alors le plus grand nombre de françaises et de français doit participer à l’exercice.

Il n’est pas sûr que les députés aient le courage d’assurer le renouvellement de la classe politique, mesure essentielle de notre démocratie.

Alors la seule solution est de ne jamais voter pour un sortant.

Et de le faire savoir au Parti pour l’obliger à investir tous les 5 ans des candidats différents.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.