Ne dites pas "Gisèle Halimi est morte"

"On n’est véritablement morte que quand on n’est plus aimée". Aujourd’hui, ne dites pas "Gisèle Halimi est morte"

monochrome-mother-daughter-photo-facebook-post

Tunisienne, libre et indépendante, avant même que la Tunisie le soit

Française, même lorsque les gouvernements français trahissaient les idéaux de la république

Algérienne d’abord, de cœur et de combat, ce qui est la seule manière d’être algérien

Gisèle a montré que l’on peut être socialiste sans détester les arabes ni les musulmans

Gisèle a été Djamila,

Gisèle a été Marie-Claire,

ses combats l’ont rendue immortelle.

Oui, une femme magnifique s’en est allée, nous n’entendrons plus sa voix douce et sonore ; 

Devenue willi, nymphe méridionale qui danse même après la mort,

l’avocate Gisèle Halimi est aujourd’hui condamnée à inspirer éternellement l’amour et rendre tous les combats plus beaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.