Coronavirus : Faire parler la Grande Muette

Le premier cas de SARS-CoV 2 a été confirmé le 17 novembre 2019 à Wuhan. Dans la ville même où s’est tenu 21 jours plus tôt les 7ème jeux militaires mondiaux du CISM. La France était représentée par une délégation de 415 militaires dont 273 athlètes. Rentrés ensuite dans leurs bases respectives en France, sont-ils à l’origine involontaire de l’épidémie en France ?

Jeux mondiaux militaires: 1re semaine en Chine pour la France © Centre National des sports de la Défense

Basé en Belgique, le CISM est le Conseil International du Sport Militaire. Membre fondateur, la France avait organisé des premières rencontres internationales à Joinville dès 1919.  Mais c’est en 1948 que sera créé officiellement le CISM.

S’exprimant à l’occasion des jeux mondiaux militaires à Wuhan, le président du CISM, le colonel français Hervé Picirillo précisait « Les athlètes en tant que soldats partagent les mêmes valeurs, vous savez la résilience… » 

Pour célébrer le 50ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, le C.I.S.M. organise en effet depuis 1995 des rencontres internationales tous les 4 ans. Les premiers jeux ont eu lieu à Rome. Et les 7èmes jeux du CISM se sont tenus du 18 au 27 octobre 2019…. à Wuhan en Chine. C’était la première fois que les jeux se tenaient dans une seule et même ville.

9308 militaires, dont 67 champions du monde et champions olympiques, sont venus à Wuhan des quatre coins du globe représenter 109 nations. Ces athlètes ont participé à 329 compétitions dans 27 disciplines.

Une délégation française de 415 militaires dont l'athlète de l'année 2019

Présidée par le colonel Bertrand Gebuhrer, la délégation française comprenait 415 militaires dont 273 athlètes. Avec 57 médailles dont 13 médailles d’or, la France a certes raté le podium mais a remporté le trophée du fair-play.

src-corporal-chef-pierre-lecorre-cv1
Un athlète français s‘est particulièrement distingué : Le Caporal Chef Pierre Le Corre. Vainqueur du triathlon pour la troisième fois, le Caporal Chef Pierre le Corre a été élu athlète de l’année pour l’année 2019. Il devait participer aux jeux olympiques de Tokyo, qui ont été reportés pour cause de Covid-19.

Une mention spéciale à l’équipe française de nage en eau libre (10 et 5 km) : Oceane CASSIGNOL et Axel REYMOND pour leurs médailles d’or individuelles et en relais mixte avec Caroline Jouisse et Logan Fontaine.

Axel REYMOND est d'ailleurs devenu champion de France, à 1 seconde 20 du record du monde, du 1 000 m en eau glacée à Samoëns en Haute-Savoie, le 28 février dernier.

Étrangement, la délégation américaine n’a remporté que 8 médailles et aucune médaille d’or. Elle se classera en 35ème position.

Des potentiels patients zéro ?

Jackie Chan, présent pour la cérémonie de clôture des jeux, a fait circuler un twitter pour infirmer les rumeurs sur le fait qu’il aurait contracté le SARS-CoV 2.

jackie-chan-twitter-covid-19

Le Centre National des Sports de la Défense ferait bien de suivre l’exemple de Jackie Chan et de nous rassurer sur l’état de santé de nos athlètes et de l’encadrement militaire qui les a accompagnés à Wuhan.

Evidemment, ces militaires sont des athlètes jeunes et aguerris. Mais nous savons aujourd'hui que la transmission du virus se fait aussi via des porteurs sains, asymptomatiques.

La Défense Nationale doit participer à la recherche du patient zéro, en France comme à l'étranger. Il ne peut y avoir de secret défense en la matière.

Le premier décès en France a eu lieu dans l'Oise. L'enseignant du Collège de Crépy-en-Valois n'avait été ni en Chine ni en Italie. Il est supposé aujourd’hui avoir subi un contact, direct ou indirect, avec un militaire de la base aérienne de Creil. Ces derniers avaient participé au rapatriement de français de Wuhan. Cette hypothèse est démentie par la base aérienne.

La Chine a-t-elle, elle aussi, été victime d’un virus venu d’ailleurs ? 

Si aucun des 9308 athlètes des 109 pays ne présentent de symptômes liés au COVID-19, eux qui ont été disséminés dans toute la ville de Wuhan au moment même de l’incubation du premier cas de Coronavirus, alors il ne serait pas incongru d'imaginer une autre origine de la pandémie, aujourd’hui principalement européenne.

Diplômée de l'université de Montpellier 2, Zhengli Shi, la fameuse virologiste du laboratoire franco-chinois P4 de Wuhan, s'était d'ailleurs posé la question : le virus pouvait-il provenir de son laboratoire et des échantillons que son équipe avait prélevés sur les chauves souris du Yunnan ? Après vérification, il s'avérait que non.

Si la Chine et l’Europe couvre une surface pratiquement équivalente, la première a une population près de deux fois supérieure. Pourtant le nombre de décès en Chine dûs au Coronavirus y est seize fois inférieur : Au 6 avril 2020, on compte en effet plus de 55 500 décès en Europe pour 3 333 décès en Chine. Sur les 10 pays qui comptent le plus de décès, 7 sont d'Europe occidentale. Et le chiffre européen continue d'augmenter lorsqu'il est stabilisé en Chine.

A l'instar de l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni, la France a effectivement elle-aussi dépassé la Chine par le nombre de décès dûs au COVID-19. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.