Yancouba Dieme
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2015

Le microcosme familial de John Edgar Wideman

Yancouba Dieme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au commencement il y a la fuite. Celle de John Edgar Wideman, un jeune afro-américain qui migre vers l’ouest afin d’échapper à la pauvreté, l’injustice et l’oppression. Il deviendra professeur de littérature à l’université et lauréat de prestigieux prix

littéraires états-uniens. Dans son roman Suis-je le gardien de mon frère? l’auteur John Edgar Wideman revient sur l’incarcération à perpétuité de son jeune frère qu’il avait cherché vingt ans plus tôt à maintenir à distance afin de devenir, pensait-il, ce qu’il convient d'être. Il avait placé le curseur de son succès dans la distance qu’il avait tracée entre son frère et lui, un frère qu’il prenait comme un contre-repère dans le travail qu’il accomplissait pour se créer, une sorte de modèle négatif.

En pleine cavale, Robert Wideman vient trouver refuge chez son frère. Les deux vont nouer une nouvelle relation car pour parachever sa migration sociale, John Edgar doit annuler la distance avec son frère et se réconcilier avec un passé autant conservé que nié. Le retour, puis la honte, les sentiments de culpabilité et d’aliénation sont comme des rappels à l’ordre pour John Edgar Wideman. C’est derrière les barreaux, derrière tous ces murs et cette surveillance que les deux  frères parviennent à dépasser le deuil de la séparation, à reconnecter deux existences que les aspirations sociales ont séparées. Dans Suis-je le gardien de mon frère? John Edgar Wideman  entreprend de croiser récit et réflexion. Il met en lumière les raisons sous-jacentes et les circonstances qui ont mené son frère à la réclusion à perpétuité et causé la mort d’un homme. Les mots, les gestes et les attitudes n’entrent jamais dans l’implacable logique de ce qui va de soi mais réagissent à d’autres forces. Parce qu’il est en mesure de se voir depuis l’extérieur, parce qu’il a appartenu à deux mondes inconciliables, l’auteur adopte une vue en surplomb sur sa vie et celle de son frère.

C’est Robert qui tire les ficelles de la narration. Il n’y a aucun filtre entre sa langue brute et poignante et le lecteur. On découvre qu’il a été militant, toxico, criminel. Toute cette violence au bras de laquelle il a grandi, il l’a retournée contre lui-même, comme un réflexe d’autodéfense ou d’autodestruction. Comme un animal en souffrance qui mettrait le feu à sa cage. Le roman plonge en immersion complète dans l’univers carcéral américain, ses matons abrutis, ses barreaux et sa violence morale. La prison sert d’allégorie pour exprimer les jeux de pouvoir, de domination et de force dans l'organisation de la société en strates. Ce qu’il y a de plus douloureux dans le travail de Wideman, c’est l’idée qu’inexorablement les structures et les hiérarchies de classe se déplacent au sein d’une même famille. En fuyant son frère, John Edgar Wideman fuit le ghetto mais la rupture complète avec les origines de classe est impossible, elle continue

de hanter le sujet. La souffrance se trouve dans cette rupture. Wideman écrit parce qu’il est seul, il écrit pour que son frère devienne histoire. La société assigne des places et des verdicts. Mais cette place John Edgar Wideman ne la trouve nulle part. Chacun des frères a emprunté le chemin qui mène à sa définition du succès, John Edgar s’est soumis à une carrière

intellectuelle, Robert a sombré dans une violence totale. Le premier a subi les humiliations silencieuses à l’université. Le deuxième a été lynché par la vie. Deux trajectoires qui sont à l'image des minorités opprimées, des gens sans pouvoir. 

John Edgar Wideman , Brothers and keepers, Mariner Book

Traduction française Suis-je le gardien de mon frère? Gallimard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal