Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2022

Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

Pôle emploi : des lacunes en langues

« Langues étrangères : une carte à jouer » clame Pôle emploi sur l'une des pages de son site internet. Sauf qu'en réalité, dans son paquet de compétences, l'institution propose bien peu de cartes...

Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon l'ONG Ethnologue, environ 7 000 langues sont actuellement pratiquées dans le monde. De quoi ouvrir un très grand espace d'opportunités d'emploi en enseignement, traduction, commerce et autres relations internationales.

Or la mission de Pôle emploi est bien de faciliter l'accès à ces opportunités pour les usagers et faciliter le sourcing de candidats pour les recruteurs, notamment pour les postes à pourvoir sur le territoire national.

Problème : sur les 7 000 langues, seules 70 sont proposées en compétences par Pôle emploi dans l'espace personnel des usagers. Dès lors, les recruteurs qui cherchent un profil maîtrisant une langue absente de cette très courte liste seront bien en peine avec les services de l'institution.

Quelles sont ces 70 langues ? On y trouve heureusement les langues étrangères comptant le plus de locuteurs à travers le globe, enfin presque : 6 langues pratiquées en Inde par un total de 500 millions de personnes sont absentes de la liste ainsi que le cantonais, langue officielle d'Hong-Kong et Macao. Les usagers et recruteurs devront se contenter de l'item fourre-tout Autre asia... Le tagalog, pratiqué par 65 millions de philippins, est bien dans la liste. En revanche l'haoussa, parlé par plus de 70 millions de personnes au Niger et Nigeria, n'y figure pas.

La plupart des langues européennes sont également recensées dans la liste de Pôle emploi, y compris l'islandais qui ne compte que 300 000 locuteurs. On trouve aussi le maltais, le luxembourgeois et une deuxième appellation fourre-tout Autre Slave dont on se demande bien l'intérêt vu que l'essentiel des langues slaves figurent bien séparément dans la liste.

Quid des langues régionales ?

C'est justement là où le bât blesse : nos langues régionales font non seulement partie de notre patrimoine culturel mais elles sont également de véritables compétences professionnelles pour accéder à des emplois, en particulier dans l'enseignement. Or aucune langue régionale ne figure dans la liste de Pôle emploi, à une exception près : le polynésien, qui en réalité n'existe pas en tant que tel puisque ce sont une dizaine de langues différentes qui sont pratiquées par nos compatriotes de ce territoire ultra-marin.

Pourtant, rien qu'en métropole, l'occitan est parlé par près de 800 000 personnes, autant que l'arménien qui lui figure dans la liste de notre (très) cher opérateur Pôle emploi. L'alsacien est, pour sa part, pratiqué par 500 000 compatriotes du Grand Est.

Il y a aussi le cas du breton, autant parlé que l'islandais, mais qui ne figure pas dans la liste. Trois étudiants bretonnants ont d'ailleurs lancé une pétition pour demander à Pôle emploi de référencer leur langue régionale. A l'appui de leur requête, ils font observer que de nombreuses offres d'emploi requérant la pratique du breton sont actuellement en diffusion sur internet, mais très peu sur pole-emploi.fr où les recruteurs ne pourront pas identifier les profils idoines dans le fichier de candidats.

Faut-il le rappeler encore : Pôle emploi aussi a des devoirs (inscrits dans le Code du travail) dont aider et conseiller les entreprises dans leur recrutement, assurer la mise en relation entre les offres et les demandes d'emploi. Or pour le moment, en matière de compétences linguistiques, le compte n'y est pas.

Image : Pixabay

***

♥ Pour soutenir l'auteur : https://fr.tipeee.com/alertes-pole-emploi

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod