Le phénomène Greta Thunberg

Face à l’incapacité des « seniors » à résoudre les problèmes de la planète, la détermination de Greta Thunberg est à n’en pas douter un des phénomènes les plus importants du début XXIe siècle. Il laisse en tout cas penser que les jeunes doivent désormais avant tout compter sur leurs propres forces et courage, et ne plus espérer que les « vieux » les sauveront.

Qu’une jeune fille en soit réduite à faire la grève de l’école comme seul moyen de rendre visible aux yeux du monde l’incohérence des dirigeants de son pays et de la planète montre bien à quelle niveau de bêtise et de paralysie mentale en est arrivée la communauté internationale.

Depuis des décennies, et en tout cas depuis la signature de la Convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques en 1990 (CCNUCC), les élites politiques et économiques savent que la menace est immense. Et pourtant, il ne font que retarder les décisions via des engagements insuffisants (le Protocole de Kyoto totalement sous dimensionné en 1997) ou en se cachant derrière des épouvantails (ce que font les pays de l’Union Européenne en prétextant les blocages de Donald Trump pour ne rien faire eux-mêmes depuis la COP21).

Certes, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a reconnu dans un discours en septembre 2018 qu’il ne restait plus que deux ans pour sauver le monde, mais rien n’a changé dans les mois qui ont suivi...

Alors, il faut que les jeunes sachent :

N’attendez pas que les « vieux » vous sauvent. Si vous voulez une planète vivable et soutenable, pour vous et pour les générations futures, il va falloir vous battre pour dire aux « anciens » que vous ne vous voulez pas du monde de plus en plus ravagé qu’ils vous préparent, en prétendant travailler pour votre avenir.

Si quelques « vieux » sont assez sages pour le comprendre, Greta Thunberg obtiendra sans doute le Prix Nobel de la Paix. En tout cas, en dépit ou plutôt grâce à sa jeunesse, elle est actuellement le plus grand espoir de sursaut de l’Humanité face à ses dérives suicidaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.