Yann Quero

écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,

Sa biographie
Passionné par l’altérité des civilisations et l’environnement, Yann Quero a fait des études d’arts, de sciences humaines et de langues orientales, avant de suivre un parcours balisé de métiers et d’expériences à travers le monde, du journalisme à l’enseignement, en passant par la responsabilité de projets de coopération internationale. Yann Quero a publié quatre romans et coordonné quatre anthologies de nouvelles, notamment sur des sujets de société ou liés à la technologie comme le nucléaire, le réchauffement climatique et les OGM. On lui doit également plusieurs essais sur la littérature en relation avec l’environnement et avec le monde asiatique. Ses textes ont été publiés chez plusieurs éditeurs dont Arkuiris, Bleu Nuit, Lune écarlate ou Rivière Blanche, ainsi que dans des journaux ou revues tels que : Libération, Le Monde Diplomatique, Solaris, Res Futurae, Lunatique, Galaxies, Etherval...
Son blog
47 abonnés Le blog de Yann Quero
Voir tous
  • Plan Climat 2017 : de grandes ambitions non sans ambiguïtés

    Par
    Le Plan Climat, sous-titré « 1 planète, 1 plan » présenté le 6 juillet 2017 par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, ne manque pas d’ambitions. Il n’est pas dénué non plus d’ambiguïtés, de flou ou de non-dits, qui montrent que le chemin est encore long avant d’arriver à des objectifs concrets débarrassés de vieilles conceptions et des pressions des lobbies.
  • Emmanuel Macron et le pitoyable « Pacte pour l’Environnement Mondial »

    Par
    Le 24 juin 2017, Emmanuel Macron a présidé en grandes pompes une réunion de présentation d’un Pacte Mondial pour l’Environnement. Supposé être le premier jet d’un document à signer à l’ONU par l’ensemble des chefs d’États de la planète, ce pacte se révèle assez pitoyable, et risque surtout d’avoir des effets contre-productifs ! Un comble pour des gens qui prétendent défendre l’environnement…
  • Législatives du 18 juin 2017 : le Waterloo de l’écologie

    Par
    Les commentateurs se sont battus pour déterminer le trait le plus marquant des élections législatives du 18 juin 2017. L’importance de l’abstention ? La majorité absolue à La République en Marche ? L’effondrement du Parti Socialiste ? Le score significatif de la France Insoumise ? 8 députés Front National à l’Assemblée ? Mais n’est-ce pas plutôt l’absence de représentants de l’écologie ?
  • E. Macron et le réchauffement climatique

    Par
    Beaucoup d’écologistes ont critiqué Emmanuel Macron à propos de la place insuffisante accordée à l’environnement dans son programme. Plusieurs de ses déclarations sur le réchauffement climatique donnent néanmoins quelques espoirs. Saura-t-il faire mieux que F. Hollande, N. Sarkozy et J. Chirac ?
  • De l’indigence de la condition universitaire en France

    Par
    Lors d’une intervention en mars 2017, Hervé Mariton, élu de la Drôme, s’est plaint que les professeurs d’université seraient mieux rémunérés que les députés. Cette affirmation est évidemment erronée. Au-delà de l’anecdote, cela illustre la méconnaissance des élus et plus largement des élites politico-économico-administratives face à l’indigence de la condition universitaire en France.
Voir tous