Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2019

Interpol : recherche-t-on les pires criminels contre l’environnement ?

Interpol a lancé en juin 2019 un appel pour attraper sept criminels contre l’environnement. Mais cette institution ne s’est-elle pas trompée de cible ? Les pires criminels contre l’environnement ne sont-ils pas ceux qui dirigent l’économie mondiale et contribuent par leurs actions, ou leur inaction, à laisser la planète se dégrader à un rythme sans équivalent dans l’histoire de l’humanité ?

Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les sept fugitifs recherchés actuellement activement par Interpol sont probablement des personnes sans scrupules, qui ont participé à des trafics criminels d’espèces menacées, et sans doute aussi à bien d’autres activités répréhensibles.

Toutefois, à bien y réfléchir, sont-ils vraiment les pires criminels contre l’environnement ?

Que dit à ce propos la Cour pénale internationale (CPI), qui s’est déclarée compétente en 2016 pour juger les crimes contre l’environnement ?

La CPI les a défini en ces termes : « crimes impliquant ou entraînant des ravages écologiques, l’exploitation illicite de ressources naturelles ou l’expropriation illicite de terrains ». Ces crimes, que l’on pourrait qualifier d’écocides, peuvent désormais être assimilés à des crimes contre l’Humanité.

Dans ce contexte, les pires criminels contre l’environnement ne sont-ils plutôt les responsables mondiaux qui, par leurs actions ou leur inaction, provoquent une dégradation de la planète sans équivalent dans l’histoire de l’humanité ?

Combien d’espèces ont disparu sous le coup des agissements des sept criminels recherchés par Interpol en juin 2019 ? Et combien d’espèces ont disparu, disparaissent et disparaîtront à cause de la déforestation tropicale, des pollutions, des dérèglements climatiques… ?

On pourrait bien sûr incriminer les dirigeants du G7, mais aussi ceux des pays des Suds qui laissent disparaître leur environnement, ou les responsables de grandes institutions ou sociétés pétrolières, industrielles, chimiques… dont l’impact sur la biodiversité ou le climat sont bien plus graves que ceux de la plupart des personnes recherchées.

N’est-il pas temps de dresser une liste de ces criminels de « haut niveau », une liste dont ils ne seraient retirés que lorsqu’ils auraient changé les pratiques de leur pays, de leur institution, ou de leur société pour qu’elles cessent de constituer une menace pour l’environnement ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz