Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2019

Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

Interpol : recherche-t-on les pires criminels contre l’environnement ?

Interpol a lancé en juin 2019 un appel pour attraper sept criminels contre l’environnement. Mais cette institution ne s’est-elle pas trompée de cible ? Les pires criminels contre l’environnement ne sont-ils pas ceux qui dirigent l’économie mondiale et contribuent par leurs actions, ou leur inaction, à laisser la planète se dégrader à un rythme sans équivalent dans l’histoire de l’humanité ?

Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les sept fugitifs recherchés actuellement activement par Interpol sont probablement des personnes sans scrupules, qui ont participé à des trafics criminels d’espèces menacées, et sans doute aussi à bien d’autres activités répréhensibles.

Toutefois, à bien y réfléchir, sont-ils vraiment les pires criminels contre l’environnement ?

Que dit à ce propos la Cour pénale internationale (CPI), qui s’est déclarée compétente en 2016 pour juger les crimes contre l’environnement ?

La CPI les a défini en ces termes : « crimes impliquant ou entraînant des ravages écologiques, l’exploitation illicite de ressources naturelles ou l’expropriation illicite de terrains ». Ces crimes, que l’on pourrait qualifier d’écocides, peuvent désormais être assimilés à des crimes contre l’Humanité.

Dans ce contexte, les pires criminels contre l’environnement ne sont-ils plutôt les responsables mondiaux qui, par leurs actions ou leur inaction, provoquent une dégradation de la planète sans équivalent dans l’histoire de l’humanité ?

Combien d’espèces ont disparu sous le coup des agissements des sept criminels recherchés par Interpol en juin 2019 ? Et combien d’espèces ont disparu, disparaissent et disparaîtront à cause de la déforestation tropicale, des pollutions, des dérèglements climatiques… ?

On pourrait bien sûr incriminer les dirigeants du G7, mais aussi ceux des pays des Suds qui laissent disparaître leur environnement, ou les responsables de grandes institutions ou sociétés pétrolières, industrielles, chimiques… dont l’impact sur la biodiversité ou le climat sont bien plus graves que ceux de la plupart des personnes recherchées.

N’est-il pas temps de dresser une liste de ces criminels de « haut niveau », une liste dont ils ne seraient retirés que lorsqu’ils auraient changé les pratiques de leur pays, de leur institution, ou de leur société pour qu’elles cessent de constituer une menace pour l’environnement ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère