Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2021

Cop26 : un quadruple fiasco : après nous le déluge

Comment les commentateurs peuvent-ils se montrer si naïf ou si politiquement correct ? Le pacte de Glasgow n’est pas un texte en « demi-teinte » ni une « avancée timide ». C’est un fiasco et un accord qui sacrifie honteusement les générations futures, alors qu’il y a extrême urgence à agir. Et cela pour au moins quatre grandes raisons.

Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parfois, il vaut mieux pas d’accord du tout, qu’un mauvais accord. Et c’est le cas avec la COP26.

Cela avait déjà été le cas en 1997, avec le protocole de Kyoto. Totalement sous-dimensionné, ce protocole a fait perdre vingt ans aux négociations climatiques.

La même logique a continué de prévaloir à Glasgow : gagner du temps pour changer le moins possible des pratiques pourtant scientifiquement reconnues comme suicidaires à l’échelles de la planète.

Sur quoi la COP26 est-elle est fiasco ? Sur au moins 4 points :

1) d’un point de vue financier, l’OCDE continue de pratiquer son tour de passe-passe en faisant croire que ses membres donneraient « déjà » au titre de l’aide internationale 80 milliards de $ par an au Fonds vert pour les pays du Sud, en tentant de ne pas donner les 100 « nouveaux » milliards prévus par l’accord de Paris, en plus de l’aide internationale. Les pays de l’OCDE ont par ailleurs refusé de mettre en place des mesures pour compenser les pertes et préjudices déjà subis par les pays du Sud. Voir notamment l'article dans Le Monde Diplomatique :

https://www.monde-diplomatique.fr/2021/11/DURAND/63992

2) Le pacte de Glasgow constitue un faux recul sur les fossiles. En effet, il envisage seulement d’essayer de mettre un terme aux subventions « inefficaces » (un terme aussi ambigu qu’absurde) et de « réduire progressivement » l’usage du charbon « sans captation de CO2 », au lieu de viser la fin de l’usage du charbon sous toutes ses formes.

3) d’un point de vue structurel, les discours ont continué de se tenir selon des catégories mentales de pays dits « riches » et « pauvres », ou « développés » et « en voie de développement », alors que ce sont ces logiques mêmes qu’il aurait fallu remettre en question. Sous couvert d’un pseudo « développement durable », les pays qualifiés de « riches » continuent en effet d’être les plus pollueurs de la planète, qu’ils s’agissent de ceux de la première industrialisation (Etats-Unis, Europe, Japon) ou des pays dits « émergents ». Pourtant, tout en continuant d’être pris comme modèle à suivre, c’est leur mode de fonctionnement basé sur la production et la consommation de masse qui mène la planète à des horizons invivables...

4) Au final, ce sont surtout les technologies dangereuses du type : nucléaire, OGM ou l’ingénierie climatique qui vont profiter de la situation, car leurs promoteurs vont utiliser ce pacte de Glasgow pour essayer de pousser à toujours plus d’atome, plus de modifications génétiques ou plus d’interventions à l’aveugle sur le climat.

Les lobbys ont donc gagné, que ce soit ceux des fossiles, de l’industrie de masse, comme des technologies hasardeuses, au détriment du principe de responsabilité. Les lobbys ont gagné du temps dans la logique des négociations du vieux monde, qui reste : « favorisons le présent, après nous le déluge et tant pis pour les générations futures».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné