Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2019

L’Anthropocène ou la Chaoscène ?

L’« Anthropocène », une nouvelle ère ou époque géologique provoquée par l’Homme, est de plus en plus galvaudée et reprise par les médias. Pour celles et ceux qui ne savent pas ce que cela signifie, elle pourrait même en devenir faussement rassurante, comme si nous avions pris la « maîtrise » des choses. Or, plutôt que d’ « Anthropocène », ne vaudrait-il pas mieux parler de « Chaoscène » ?

Yann Quero
écrivain, essayiste, chercheur en sciences humaines,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis que le Congrès de l’Union internationale des sciences géologiques (IUSG) a reconnu en 2016 l’intérêt du concept d’Anthropocène, ce changement d’environnement popularisé en 1995 par le Prix Nobel de Chimie Paul Crutzen est devenu moins controversé, et commence à s’imposer dans les discours et les médias.

Ainsi, nous serions sortis, ou sur le point de sortir, de l’Holocène, l’ère géologique interglaciaire au climat relativement stable, dans lequel la Terre est entrée il y a environ 12.000 ans, et qui a permis l’essor des sociétés sédentaires.

Pourtant, paradoxalement, loin d’envoyer un signal d’alarme à nos dirigeants, loin d’alerter le grand public ou les journalistes, cette idée est accueillie avec une certaine résignation, voire de l’acceptation par la plupart des gens.

Sans doute est-ce lié en partie à son étymologie rassurante : « Anthropo »-cène, une ère créée par les « Hommes », ou, pour être plus précis, par les représentants des sociétés techno-industrielles (car tous les « hommes » n’en sont pas responsables).

D’aucuns se laissent certainement à penser que ce sera une époque où les humains pourraient contrôler leur environnement. Ne parle-t-on pas de plus en plus de géoingénierie ? ou de climatoingénierie ? ou de l’utilisation d’OGM pour créer des plantes et des animaux adaptés à nos futures conditions de vie ?

Paradoxalement, et contrairement à l’intention initiale de ses promoteurs, le terme d’Anthropocène commence à devenir une option familière et admissible, où les humains pourraient créer des conditions qui leur conviendraient ou qu’ils adapteraient à leurs besoins.

C’est faire un contresens total à propos des phénomènes en cours.

Comme le « développement » prétendu « durable », l’Anthropocène est en train de devenir un nouvel oxymore, car il n’est pas du tout certain qu’il y ait de la place pour les humains dans ce monde futur.

De fait, peu de personnes prennent la mesure de ce que signifie par exemple un réchauffement climatique de +2°C ou +3°C. Beaucoup s’imaginent même encore que cela pourrait amener plus de douceur à nos climats. En fait, à l’échelle planétaire, un tel réchauffement correspond à la moitié de l’inverse d’une ère glaciaire. C’est pour cela que la COP21 a fixé le seuil de +2°C maximum, car au-delà, on avance vers des horizons incontrôlables.

Avec les concentrations actuelles de gaz à effet de serre, nous entraînons désormais la planète vers l’équivalent du Pliocène, l’ère qui s’est achevée il y a 2,6 millions d’années, où l’Europe connaissait des climats subtropicaux avec des zones de steppe, et où le niveau des mers était de 20 mètres supérieur à actuellement.

De surcroît, alors que les fins ou les débuts d’ères géologiques se produisaient auparavant en 10.000 ans voire plus, ce qui laissait du temps à la biodiversité pour s’adapter, la nouvelle ère en cours voit des transformations majeures se produire sur quelques décennies, soit 100 à 1000 fois plus rapidement que les cycles « naturels » antérieurs. C’est d’ailleurs pour cela que les chercheurs évoquent de plus en plus une 6ème grande phase d’extinction de la biodiversité.

Et surtout, les transitions d’ères géologiques se traduisent par des phases chaotiques. L’évolution ne se fera donc pas doucement et régulièrement, mais de manière non linéaire, par à-coups et ruptures, ce qui va être extrêmement difficile à gérer.

Ce qui nous attend va donc s’apparenter à une Chaoscène plutôt qu’à une Anthropocène.

Dans ce contexte, plutôt que de laisser notre monde dériver vers le chaos, ne vaudrait-il pas mieux se donner les moyens de construire des sociétés vraiment soutenables afin de rester dans l’Holocène ? Les défis sont énormes, car cela signifie notamment de parvenir à zéro carbone d’ici 30 ans, mais l’avenir de l’humanité est en jeu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine