YOUSSEF BENZATAT
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2018

Silence complice face aux enfants palestiniens kidnappés par Israel

En janvier et février, Israël a kidnappé 1319 Palestiniens, dont 274 mineurs

YOUSSEF BENZATAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

16 mars 2018 ArticlesPrisonniersSlider

Photo : MaanImages

Ma’an News – Les forces israéliennes d’occupation ont kidnappé plus de 1300 Palestiniens, dont 274 enfants, au cours des mois de janvier et de février, selon Addameer, le groupe de défense des droits des prisonniers Palestiniens.

Addameer a publié une déclaration mercredi reprenant un rapport établi conjointement par la Prisoners and Liberties Affairs Association, le Palestinian Prisoner ClubAddameer Prisoner Support and Human Rights Association, and Al Mezan Center for Human Rights qui révèle qu’en janvier et février 2018, les forces israéliennes d’occupation ont enlevé 1 319 Palestiniens dans les territoires palestiniens sous occupation.

Parmi les détenus figuraient 274 enfants, 23 femmes, quatre journalistes.

Les personnes arrêtées comprenaient : 381 personnes de Jérusalem; 233 du district de Ramallah et al-Bireh et 20 du district de Salfit dans la Cisjordanie centrale; 140 du district d’Hébron et 118 du district de Bethléem au sud de la Cisjordanie; 133 du district de Jénine, 107 du district de Naplouse, 59 du district de Tulkarem et 54 du district de Qalqiliya au nord de la Cisjordanie; 21 du district de Jéricho et 30 de la bande de Gaza.

Le nombre de prisonniers palestiniens et de détenus dans les prisons israéliennes, au 28 février 2018, était de 6500, a rapporté Addameer.

Sur les 6500 prisonniers, 63 sont des femmes, dont six jeunes filles, et 350 étaient des enfants.

En ce qui concerne la politique de détention administrative – la politique d’internement israélien sans inculpation ni jugement, ni limite de temps et largement condamnée – les autorités israéliennes d’occupation ont émis 169 ordonnances administratives depuis le début de l’année, dont 52 nouvelles ordonnances.

À la fin de février, le nombre total de détenus administratifs était de 500, a ajouté Addameer.

En outre, le rapport met en lumière les cas de Yassin al-Saradih de Jéricho et Ismael Abu Riala de Gaza.

« Dans ces cas particuliers, les autorités d’occupation ont violé leur droit à la vie pendant leur détention, a ajouté Addameer, ajoutant que les forces israéliennes ont assassiné 213 détenus palestiniens depuis 1967, dont 72 ont succombé sous la torture.

Le rapport a également attiré l’attention sur la question des fouilles à corps complètes effectuées par les autorités pénitentiaires israéliennes, citant plusieurs témoignages présentés par des détenus, qui affirment que ces fouilles ont « gravement porté atteinte à leur dignité ».

Le rapport a ensuite détaillé les violations commises à l’encontre des femmes détenues dans les prisons israéliennes, notamment : le refus des traitements médicaux, la mauvaise qualité de la nourriture, le surpeuplement dans les lieux de détention et les abus physiques et psychologiques.

14 mars 2018 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger  
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B