La solidarité sélective renforce la barbarie et réconforte les barbares


 Lundi, 16 novembre, 2015, Nigeria : Boko Haram massacre 2000 personnes !

arton45129-980db.jpg

Laurent Fabius : "Le groupe terroriste Al Nosra fait du bon boulot"



Non, le chroniqueur ne devrait pas être « solidaire » de la France. Parce que le chroniqueur a ses raisons. Passé maître dans l’encerclement du mot solidaire par des guillemets, afin de lui donner plusieurs sens, il saura certainement trouver les sens qui conviennent dans le cas de la barbarie qui a frappé aveuglement en France d’innocentes victimes et briser leurs vies et celles de leurs proches, pour être en accord avec ses raisons. Qui seraient probablement, d’abord, non à la « solidarité » sélective, celle qui s’émeut du drame français parce que c’est la France, même si la barbarie qui s’est abattue sur elle est un peu de la faute de son exécutif. Car la France, comme les Etats Unis d’Amérique lors des attentats du 11 septembre, dispose de suffisamment de moyens de coercition pour imposer à son tour la devise du « si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous. » Pas de place à la nuance. Une solidarité inconditionnelle ou rien ! Celle qui ne demande aucun compte à rendre. Solidaires avec les yeux fermés et la bouche cousue sur toutes ses dérives, allant du financement des rebelles, aussi immoraux soient-ils - terroristes en puissance et semeurs de chaos en plein lumière- à leur armement et à leur soutient dans les négociations diplomatiques. Encore moins de pointer du doigt la destruction de pays entiers. Pour ne laisser leurs habitants face à eux-mêmes dans des conflits tribaux et des guerres civiles particulièrement meurtrières et destructrices, en les abandonnant à leurs sorts face à l’insécurité et à la famine. Alors qu’ils vivaient autrefois dans une sérénité et une sécurité relatives, si ce n’était leur résignation face à la dictature. Aujourd’hui pour eux c’est pire. Dépossédés de leurs États et en prime des lendemains incertains et sans perspectives que la probable partition de leurs territoires et la reconduction de la violence sous d’autre formes. Abandonnés par tous ceux qui ont participés à leur ruine. Non, le chroniqueur ne devrait pas être solidaire de la France, car la solidarité sélective renforce la barbarie et réconforte les barbares. La solidarité sélective est irresponsable et encourage plus de dérives. Telle la dérive actuellement en cours, celle qui consiste à stigmatiser tous les musulmans vivant sur les terres de France, d’Europe et de toutes les terres de l’occident chrétien, exacerbant la haine intercommunautaire et jouant le jeu des barbares eux-mêmes, dont l’objectif est de raviver la guerre des religions, entrainant les différentes communautés dans la haine réciproque aux conséquences tragiques. Cette solidarité sélective est d’autant plus aveugle qu’elle tend à minimiser jusqu’à faire oublier la barbarie qui s’abat au quotidien sur la Palestine, l’Irak, la Syrie, le Yémen, le Liban, la Libye, le Nigéria, le Kenya, la Centrafrique et sur beaucoup d’autres peuples « indus », meurtris à cause de semblables dérives. Non donc à la « solidarité sélective », qui nuit à la victime elle-même, parce qu’elle piège la France comme responsable dans la menace qui pèse sur la paix dans le monde. La « solidarité » qui se juche sur les abus de pouvoir est une complicité avec une nouvelle forme de totalitarisme. Cette « solidarité » concomitante que le chroniqueur côtoie au quotidien sur les médias, les nobélisassions et les consécrations littéraires sournoises. Cette solidarité facile et qui ne nécessite aucun effort, ni engagement responsable, qui au lieu de penser à peser sur les exécutifs pour aider ces pays à se débarrasser de ces hordes de barbares djihadistes, des dictateurs liberticides et corrompus et de construire un vivre ensemble solidaire entre tous les peuples, se contente de se regarder le nombril et de le prendre pour le centre du monde. Non donc, le chroniquer ne devrait pas être solidaire de cette « solidarité » qui détruit le monde au lieu de jeter les fondations d’un nouveau monde, qui préfère voir le chaos autour de lui et pas la quiétude dans laquelle il vie, qui vous parle de démocratie pour lui et pas chez autrui. Si le chroniqueur devrait être solidaire, c’est par une autre solidarité, celle qui ne distingue pas la douleur chez les victimes de la barbarie. Celle qui s’abat sur la France, l’Amérique, la Russie, la Palestine, l’Algérie et sur tous les êtres vulnérables victimes de toutes sortes de dérives et de folies meurtrières. Tous les chroniqueurs devraient se défaire de l’enchaînement à leurs cartes de crédits bancaires, responsables de leur aveuglement complice dans ces dérives meurtrières et renouer avec leur dignité pour construire ensemble de nouvelles solidarités pour le salut de l’humanité.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.