YOUSSEF BENZATAT
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2018

Algérie : Un candidat unique de l’opposition est une solution chimérique…

Il s’agira dans ce cas d’une alternance dans la gouvernance sous le même régime de système de pouvoir et qui sera représenté par un candidat chimérique composé de tous les partis satellites de ce même système.

YOUSSEF BENZATAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quoi parle-t-on au juste lorsque on évoque la crise économique ou politique ?

On ne peut parler de crise économique. Pour qu’il y est crise dans ce sens, il faut qu’il y ait d’abord une économie. Or, il n’y a pas d’économie à proprement parler. Une économie c’est avant tout un système intégré de production et de consommation de richesses avec en prime une exportation d’excédent et importation de déficit le cas échéant. Une économie doit être avant tout et prioritairement orientée vers un mode de production et de consommation, déterminée statistiquement et qualitativement, afin d’atteindre une efficacité d’harmonisation entre les moyens mis en œuvre et les besoins réels de la société. Exporter une richesse naturelle, en l’occurrence les hydrocarbures, et importer les besoins de consommation de base ne constitue pas en soi une économie.

La chute des recettes des hydrocarbures et l’incapacité du pouvoir à faire face aux besoins de consommation de base, auxquels la société a été habituée, ne peut être considéré comme une crise économique. Tout au plus, il s’agit d’une crise financière.

Encore une fois, on ne peut pas vraiment parler de crise financière, car celle-ci suppose qu’il y ait une rupture de l’équilibre des recettes et leur redistribution harmonieuse, qui obéirait au principe de justice sociale. Encore, là aussi, il s’agit d’une redistribution ciblée, inégale et en contradiction avec les besoins réels de la société, dont la priorité est l’achat de la paix sociale pour préserver le statut quo.

Ce qui se passe chez nous aujourd’hui, ce n’est ni plus, ni moins qu’une rupture de l’équilibre du statu quo par une forte pression de la société, au moment où le pouvoir n’a plus les moyens de maintenir cet équilibre du fait de la baisse brutale des recettes des hydrocarbures. Il ne lui reste comme réponse pour tenter de rétablir cet équilibre que la répression, comme dans toute dictature ou sous un quelconque régime totalitaire et autoritaire qui n’entend pas céder les privilèges que lui procure son hégémonie sur le politique.

Encore, là aussi, il ne s’agit que d’une rupture conjoncturelle d’un équilibre précaire. La véritable rupture, structurelle celle-là, c’est celle qui consistera à la remise en question du monopole sur le politique, qui constitut en soi la véritable crise. La crise du politique.

Pour venir à bout de cette crise, il va de soi que la remise en question du mode de gouvernance, comme le propose l’opposition, apparait insuffisant, car c’est tout le système de pouvoir qu’il faudra changer pour en venir à bout.

L’opposition, qui compte investir la gouvernance, en s’unissant autour d’un candidat unique, en collaborant avec ce même système de pouvoir, se met elle-même en crise. Car sa démarche n’est pas la solution appropriée pour briser le monopole du politique et le restituer au suffrage universel. Toutefois, si elle parvient à cet objectif, celui de s’emparer de la gouvernance, elle ne sera au final qu’un instrument au service de ce système de pouvoir. Il s’agira dans ce cas d’une alternance dans la gouvernance sous le même régime de système de pouvoir et qui sera représenté par un candidat chimérique composé de tous les partis satellites de ce même système.

Le terme lui-même d’opposition apparait d’emblée comme inapproprié dans cette situation. Car, pour qu’il y ait une véritable opposition, il faut au préalable que celle-ci ai été disqualifiée par le suffrage universel. Or, aujourd’hui, tel n’est pas le cas, celle-ci ne fait que légitimer par son statut usurpé et son rôle de faire valoir un régime totalitaire et anti-démocratique.

Il serait plus plausible dans ce cas de parler de contre-pouvoir, à partir duquel il faut demander le changement. Non pas celui de la gouvernance, mais de tout le système de pouvoir, en opérant une rupture dans le mode de gestion du politique, qui dure à l’identique depuis l’émancipation de la domination coloniale.

S’effaroucher comme une vielle vierge à chaque violation de la constitution, face au quatrième, cinquième, voire le sixième mandat… n’apporte aucun grain au moulin du combat politique pour la libération du peuple de son aliénation dans la dictature.

C’est d’un leadership représentatif des idées émancipées de l’emprise de la dictature et de tout autre référant étranger au politique que la société a besoin. Un leadership qui transcenderait l’atomisation de la citoyenneté en multitudes d’appartenance à des groupes ethniques, linguistiques et religieux. Un leadership mobilisateur dans lequel le peuple dans son unité puisse s’y reconnaitre et y adhérer, et par là, combler son déficit de représentativité.

Y.B.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement