Ysé Sorel
Je suis le tranchant du verbe qui cisaille les moeurs
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2017

Avignon: un sacré coup de cœur pour «Cœur Sacré»

Après avoir investi le théâtre de la Loge, la Compagnie Memento Mori présente à Avignon son seul-en-scène porté par la comédienne Tatiana Spivakova, avec un texte de Christelle Saez, puissant et percutant, où les mots fusent et infusent et donnent à penser. A ne pas manquer !

Ysé Sorel
Je suis le tranchant du verbe qui cisaille les moeurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux chaises qui se tournent le dos, deux mondes qui se font face, deux femmes et la béance d’une incompréhension, irréductible, entre elles.Une fille, une mère.

La première a décidé de mettre les voiles : ces dernières limitent la scène en ouvrant sur un ailleurs, et sur elles vont se projeter les images du voyage, les lumières jaunes du sable chaud du pays de l’être aimé. La fille a décidé aussi, peut-être, de mettre le voile.

Ultime provocation dans une France percluse par la peur de l’Autre, du « barbu », de la femme en noir, inaccessible au regard et potentiellement dangereuse. Du moins, c’est ce que pense la mère, dont la comédienne Tatiana Spivakova donne à entendre le cri du cœur. Cette mère est dépassée, dépassée par l’amour que sa fille porte à celui qui est né de l’autre côté de la Méditerranée. La fracture entre les deux continents, entre l’Europe et l’Égypte, est inscrite sur la page blanche du sol qui recouvre la salle de la Loge, coupée en deux. Dans la première partie, consacrée au point de vue de la mère, la comédienne reste confinée sur son îlot immaculée. Il ne s’agit pas de la juger trop sévèrement, cette mère hantée par les images, la peur véhiculées à la TV ; il ne s’agit pas de la jouer avec ironie, avec second degré, ni complaisance.

La langue de Christelle Saez donne à entendre, avec dextérité, cette doxa qui empoisonne la France, ce voile de préjugés, cette barrière d’idées reçues, cette frontière symbolique et psychologique qui mine le pays, qui creuse le gouffre entre eux, « les minorités », sorte d’ hannibal antes portas, et « nous, la majorité ».

« Choisis la majorité pas les minorités

les minorités n’ont pas leur place regarde comme vivent ici

les minorités parquées cloisonnées dans des barres de béton

sans arbres sans parc sans verdure,

avec pour seuls commerces une boulangerie miteuse,

une école de cours du soir arabe/anglais/français un Dia,

tu veux faire tes courses chez Dia ?

Franchement ? »

Cette parole nous renvoie à nos hantises, à la superficialité de notre « tolérance », souvent en toc. « Tu as eu la chance de naître du bon côté de la barrière », dit la mère à sa fille. En effet, pourquoi ne pas défendre son pré carré plutôt que de vivre dans la précarité ? Le racisme ordinaire, celui pour lequel on nie souvent mot de « racisme », plein de maladresses, est mis en lumière avec une simplicité, une sobriété qui gagne ainsi en efficacité. Less is more, et il y a l’essentiel.

L’auteure profite de cette confrontation à l’altérité pour revisiter le roman national et son histoire sanglante, avec un tour d’horizon des révolutions, quelques références à la Saint-Barthélémy et à Coligny. L’histoire est écrite par les vainqueurs, en témoigne le Sacré-Cœur. À ce dernier, Christelle Saez préfère le Cœur sacré, et l’amour pour les laissés-pour-compte, notamment ceux qui ont l’œil et le cheveu noir. À l’histoire avec une grande H se mêle l’histoire d’amour, personnelle. Il y a quelque chose de terriblement intime dans ce monologue, cette parole admirablement partagée par Tatiana Spivakova qui la déverse, la susurre, l’éructe, la projette, la suspend pour mieux la faire chatoyer, chanter, percuter à nos oreilles. Après les généralités, les préjugés de la mère, largement focalisée sur la France, la fille « part ». Dans la seconde partie, la comédienne virevolte, délivrée, elle saute par-dessus le gouffre qui séparait jusque-là les deux continents. Direction Le Caire, ses saveurs, ses couleurs, ses yeux noirs dans les ruelles, ses désirs inassouvis, inavouables. On a en écho, sourdement, le tumulte des rues de la capitale égyptienne qui nous a cueilli au début du spectacle, mais par les mots et l’expérience de l’amoureuse française qui succombe à un exotisme innocent et conscient, à la peau brune et au regard de l’Oriental. Face à l’autre, elle se découvre. L’anecdote devient poésie, l’ordinaire se charge d’une beauté poussiéreuse. « Les fleurs peuvent pousser entre les pierres », dit-elle. La fleur et la comédienne s’épanouissent, se parant de multiples visages, insaisissables. Porté par un jeu virtuose et un texte intense, véritable ode à la passion et à l’amour (« Je n’ai d’autre résistance / que d’aimer ta peau »), Cœur sacré offre un théâtre de peu mais qui produit beaucoup, et qui devrait parcourir les routes d’une France désorientée…

« L’orient de la boussole. On dit Être sans orient Désorienter. »

Cœur sacré : Texte et mise en scène : Christelle Saez

Interprétation : Tatiana Spivakova

Création lumière : Cristobal Castillo

Création vidéo : Julien Saez

Création sonore : Malo Thouément

Production: La Compagnie Memento Mori

THÉÂTRE DES 2 GALERIES.


14H25. TOUS LES JOURS SAUF LES MERCREDIS.

du 6 au 30 juillet.
FESTIVAL OFF D'AVIGNON

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis