« la pensée du tremblement» et Glissant à l'honneur aux Grands Voisins

Les Grands Voisins, cet ancien hôpital en « fabrique de biens communs », situé non loin du Jardin du Luxembourg, est décidément l’espace foisonnant et plein de vitalités dont manquait la Rive Gauche.

21458518-10211498485436619-917105915-o

Les Grands Voisins, cet ancien hôpital en « fabrique de biens communs », situé non loin du Jardin du Luxembourg, est décidément l’espace foisonnant et plein de vitalités dont manquait la Rive Gauche. 

En sus de loger des démuni-e-s, d’accueillir des associations et d’offrir un nouvel espace public de rencontres, ce beau lieu propose une programmation artistique de qualité. Il sera ainsi possible, du 20 septembre au 16 octobre prochains, de visiter une exposition prometteuse portée par l’association Diamètre et soutenue par Jeune Création. Intitulée « la pensée du tremblement », elle prend comme fil rouge des concepts phares d’Édouard Glissant, notamment la relation, la créolisation et la « pensée archipélique ». Les œuvres des 14 artistes émergents invité-e-s à participer à l’exposition seront en effet autant d’îles sans être pour autant isolées, réunies en « archipel » autour de cette « pensée du tremblement », cette pensée qui « surgit de partout » et

 « (…) nous préserve des pensées de système et des systèmes de pensée. Elle ne suppose pas la peur ou l’irrésolu, elle s’étend infiniment comme un oiseau innumérable, les ailes semées du sel noir de la terre. Elle nous réassemble dans l’absolue diversité, en un tourbillon de rencontres. Utopie qui jamais ne se fixe et qui ouvre demain, comme un soleil et un fruit partagés.»

 Édouard Glissant, La Cohée du Lamentin. Poétique V, Gallimard, 2005.

Lors d’une soirée « Prélude », le 29 juin dernier, un avant-goût a été donné à l’amphithéâtre des Grands Voisins : les tables ont ainsi tremblé sous le coup d’habiles percussionnistes lors de la vidéo d'Élise Courcol-Rozès, et les vitres sous l’écho de la performance vocale syncrétique de Violaine Lochu. Le public s’est retrouvé aussi face à un autre hémicycle grâce à la vidéo de Marco Godoy : l’artiste met face à face deux hémicycles, deux assemblées : d’un côté les spectateurs, de l’autre la chorale Solfonica, née des rassemblements de la Puerta del Sol, qui reprend d’une seule voix des slogans de manifestations adaptés en pièce musicale.

Diamètre offre ainsi un large périmètre d’exploration. Pour l’exposition, les curateurs ont non seulement convié des artistes dont les pratiques résonnent directement avec leur fil conducteur - Julien Creuzet et Minia Biabiany ont ainsi réalisé des oeuvres sous le nom « Réciproque tremblement » en 2011 avant de se présenter désormais sous le nom « Sandrine & David » .- mais ils ont également commandé des œuvres à des artistes émergents, provenant des Beaux-Arts non seulement de Paris mais de partout en France, et même de l'étranger. Ces artistes partagent la volonté de brouiller des lignes trop figées au profit d’une diversité joyeuse, d’une hybridation inspirée de leur histoire, de leurs origines ou d’une forme de « mondialité » que Glissant oppose à la mondialisation, la désignant comme la « face humaine » de cette dernière.  La notion d’échange sera elle-même interrogée par Elise Courcol-Rozès. A travers Wood Piece, un travail qui prend son origine dans l’Essai sur le don de Marcel Mauss ; d’autres interrogeront l’héritage colonial de la France, comme Kenny Dunkan.

L’exposition, servie par le graphisme coloré de guibert+cazin, sera aussi accompagnée par des ateliers et une soirée poétique le 29 septembre, en collaboration avec l’Institut du Tout-monde, créé en 2006 par Édouard Glissant, et d’une bibliothèque. Ces développements répondent aux cahiers des charges de Diamètre, fondé en 2014, qui souhaite encourager les échanges entre des historiens de l’art et des artistes émergents. Et pour les plus impatient-e-s, le vernissage aura lieu le 14 septembre à 18h.

Artistes présenté-e-s : Minia Biabiany, Gaëlle Choisne, Élise Courcol-Rozès, Julien Creuzet, Alice Didier Champagne , Kenny Dunkan, Rémi Duprat, Marco Godoy, Hugo Livet, Julie Luzoir, Paul Maheke, Basir Mahmood, Nefeli Papadimouli, Sandrine & David, Giuditta Vendrame, Yao Qingmei.

Bibliothèque : Tarek Lakhrissi / Aurèle Nourisson, Violaine Lochu Marie-Claire Manlanbien ...

15 septembre – 5 octobre, galeries Jeune Création et ENSPAC YGREC.

Un projet de l’association Diamètre : info@diametre.org

http://facebook.com/diametrejeunecreation/

http://diametre.org/

http://instagram.com/assodiametre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.