Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 1 sept. 2020

Nostalgie du 9-3

À peine prof, je fus nommé comme stagiaire au lycée Utrillo de Stains dans lequel j'ai pour finir enseigné 15 ans. Aujourd'hui, alors que la réaction bat son plein, j'y repense avec mélancolie.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a 20 ans, frais émoulu du CAPES, j'étais nommé, alors comme professeur-stagiaire, à Stains, au lycée Maurice Utrillo. Je flippais un peu du fait de la réputation sulfureuse du 9-3. J'y étais allé en RER et descendu à Pierrefitte-Stains, j'ai dû marcher un bout entre les cités et de petits potagers alors que par la ligne 13, ç'allait beaucoup plus vite. Le lycée est un peu derrière Paris 8, ex-Vincennes.
Je me suis immédiatement retrouvé dans une AG fournie et combative en arrivant au lycée. Le rapport de force avec les enseignants était tel que l'administration n'en menait pas large.
"Tu verras, ici, c'est un faux lycée sensible", me dit L., ma tutrice. En effet.
Dans la salle des profs, pendant près de 15 ans, j'ai rencontrés des collègues comme je n'en ai pas revus ailleurs. On discutait, s'engueulait parfois, autant sur la politique, l'art, la littérature... On disait des vers d'Aragon ; nous étions plusieurs à aimer sa poésie.
On a même fait une fois une manif dans le bahut contre Blanquer quand il était recteur de l'Académie parce qu'il voulait faire inspecter les profs de maths par des inspecteurs de lettres et inversement. On a fait des occupations avec les élèves au moment du CPE notamment, des manifs pour en faire régulariser certains. Les gamins étaient sympas, à mille lieues des clichés consensuels racistes sur l'ensauvagement. C'était des pauvres, déshérités et peu épargnés par la vie, voilà tout. Certains furent de très bons élèves. Noirs et Arabes pour la plupart, ils subissent les vexations et les insultes policières au quotidien. 
En 2003, il y eut des AG qui durèrent 7 heures.
Tout cela ne nous empêcha pas d'avoir un taux de réussite au bac qui nous valu un article du Monde. Ça devait désespérer le Rectorat.
Et sur le voile, me direz-vous ? Nous n'étions évidemment pas tous d'accord mais le consensus, très honnêtement, fut globalement bienveillant et il le fut de plus en plus sur fond d'islamophobie croissante. Une polémique républicaine sur le voile aurait mis le lycée à feu et à sang et même les collègues les plus laïcards souhaitaient éviter ça.
En fait, les années 70 ou post-68 ont politiquement perduré miraculeusement dans des zones du 9-3 via des militants, il faut le dire, trotskistes pour la plupart. En 2000, les militants de cette génération avaient la cinquantaine

Tout ça est clos, politiquement. Blanquer, que nous avions hué, est devenu ministre et approfondit méthodiquement le caractère de classe effroyable de l'école. D'où ma profonde mélancolie.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine