s'affaisse
l'horizon
sous nos paroles

- au vent



passe

un monde



puis



la nuit

en guise de présent



vacillante
la lumière
d'un lointain


en arrière



instants perdus


sous le frimas


que seule
une note
relève


souffle



fagots crépitants
du temps


sur le sentier


étiolé


aux astres

 

éteints

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.