Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2021

La comparaison de Tapie à Rastignac par Macron est abjecte.

Nous ne le dirons jamais assez : les références aux figures de la littérature classique par les hommes de l'ordre libéral français - Macron en tête - sont un travestissement du sens de ces oeuvres et partant une abjection.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai déjà écrit sur ce blog désormais un peu en déshérence un papier pour contester la mainmise de tous les petits roquets et chacals de la finance - dont Macron en tête de gondole - sur la figure de Rastignac le personnage de Balzac. Thréard a quant à lui comparé Tapie à Jean Valjean (et BHL aussi, sur Twitter), ce qui est risible et constitue une injure à Victor Hugo. Si Tapie est Jean Valjean, il est un Jean Valjean qui ne culpabilise pas d’avoir volé à Petit Gervais sa pièce au début des Misérables et dans une scène pourtant essentielle pour la suite du roman.
Dans le roman de Hugo, après ce vol, Valjean qui a déjà rencontré Myriel le curé de Digne bascule et se convertit au bien - chrétien en l’espèce - dans une figure qui rappelle la conversion de Paul mais d’autres aussi notamment via les larmes. Ces larmes sont celles d’une compassion pour l’humanité, le retour sur le chemin du cœur et l’adhésion aux Béatitudes. Rien de tout ça chez Tapie. Tapie, c’est la force, la gagne, le mépris des pauvres gens. Aucun rapport avec Jean Valjean. Tapie, c’est Thénardier devenu ministre. Au lieu de faire les poches des blessés et des morts à Waterloo, il aura crucifié des usines et ruiné les vies de leurs ouvrières et ouvriers. S'acharner sur le cas Thréard, plumitif d'extrême-droite, c’est facile, ça. Relevons surtout que l’élite financière est un ramassis d’incultes étouffés par leur morgue de classe mais ne sachant pas lire.
Venons en à Rastignac. Celui-ci apparaît dans plusieurs romans de Balzac mais il est surtout central dans Le Père Goriot qui constitue le Bildungsroman dont il est le héros - et Goriot le personnage objet de l'intrigue.
Ce roman qui se déroule sous Louis XVIII est l’illustration des thèses de Marx dans Le Manifeste. « La dissolution des vieux liens dans les eaux glacées du calcul égoïste » explique que Goriot finisse seul. Celui-ci, dépossédé de sa fortune puis abandonné par ses filles adorées - Delphine et Anastasie - au dernier étage - celui des pauvres - de la pension où il réside, meurt presque seul, entouré uniquement de l'étudiant en droit Rastignac et de l'étudiant en médecine Bianchon. La "loi d'airain du capital" dont parle Karl Marx est ici illustrée.
Quand Macron compare Tapie à Rastignac, c’est immonde et absurde à divers titres. Rastignac pleure Goriot. Il est horrifié par le spectacle de ces filles uniquement intéressées par l’argent que leur père leur donne sans compter (il y a dans tout ça évidemment un écho du Roi Lear de Shakespeare). Il versera « sa dernière larme de jeune homme » à l’enterrement de Goriot.
Entre temps, il a discuté avec Vautrin qui lui a expliqué que dans la vie, on ne réussit que par le génie ou la corruption. Rastignac a d’abord été choqué par ce cynisme mais encerclé par l’épaisse réaction de la Restauration, il finit par abandonner ses illusions romantiques et se rallie à l’air du temps en devenant, définitivement pourrait-on dire, l’amant de Delphine de Nucingen née Goriot. Notons que Vautrin méprise le travail qui ne rapporte rien dans la société capitaliste. Bel aveu en creux de Macron dans la mise en avant du Rastignac rallié au cynisme de Vautrin car en effet, seule la corruption enrichit. De fait, tout le discours sur le travail ou "la valeur travail" est un abject enfumage de classe.
Après ce roman, Rastignac n’intéressera plus Balzac dont cependant la figure du jeune homme qui échappe à un destin socialement broyé en optant sciemment pour la corruption aura d’autres échos - y compris renversés - dans La Comédie humaine. Ainsi Lucien Chardon (de Rubempré) mais aussi Daniel d’Arthez de l'incorruptible Cénacle qui, lui, ne cède pas sur son désir de probité et d'indépendance intellectuelles mènent-ils des existences qui interrogent la notion funeste et sinistre de la réussite, de la gagne.
Le Rastignac dont se gargarise Macron n’est en vérité que le déchet du héros qu’Eugène aurait pu être. Eugène est déjà, avant Lucien Chardon, une illusion perdue.
Macron a pour les pauvres de ce pays le même rapport que les résidents de la Pension Vauquer ont à Goriot. Enfin, il ne comprend même pas le propos de Balzac. C’est un véritable imbécile qui en comparant Tapie à Rastignac crache à la face des "derniers de cordée" son amour de la corruption.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte