Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

3 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2018

Pourquoi je ne souscris pas à la vague consensuelle #MeToo

Le consensus a une cible. Celle-ci n'est pas toujours clairement désignée car elle n'honore pas ses contempteurs mais il suffit d'écouter deviser ici et là, dans les médias généralistes, les spécialistes autoproclamés du harcèlement pour entendre que la psychanalyse, Freud et Lacan sont la cible du discours ambiant. La question du désir mérite autre chose qu'une obsession de clarté.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La rédaction de Mediapart, c'est son droit absolu, n'a aucune distance par rapport au climat discursif consensuel actuel et a vite faite de cataloguer harceleur ou machiste, à tout le moins, quiconque s'écarte de la nouvelle doxa consensuelle féministe. Je voudrais pourtant dire brièvement pourquoi je ne communie pas dans le consensus général qui s'est appelé #BalanceTonPorc puis #MeToo.
On l'a dit, déjà, même si ç'a été vite balayé mais le slogan Balance ton porc était un appel à délation. On peut dénoncer des connards, des salauds, des violeurs, c'est vrai. Mais Balance est plus que ça. Je ne m'étends pas sur ce point, il est glissant et puis, c'est ma contradiction, je n'ai d'abord pas envie de défendre des salopards et encore moins des violeurs. Il ne s'agit d'ailleurs en aucun cas, pour moi, de défendre des porcs. Mais #ExigeLaJustice aurait été au moins préférable.
Mon point central n'est toutefois pas celui-là. Il touche à la question trouble du désir, à l'infracassable noyau de nuit comme dit André Breton, qui était un grand lecteur de Freud, à propos de la sexualité humaine. 
À entendre partout la doxa #MeToo, on est saisi par la quête folle d'une clarté cristalline du désir qui, à mes yeux, aboutit à une vision délirante et réactionnaire du désir où celui-ci devrait quasiment être couché (pardon du jeu de mots !) sur papier comme pour un contrat afin que tout soit dit et qu'il n'y ait pas, d'une manière ou d'une autre, quelque tromperie. Cela est proprement délirant. Le désir est trouble, souvent. Il renvoie à ce que Freud montre de l'inconscient dans lequel le et remplace le ou de la vie psychique consciente. Quelqu'un peut dire non et vouloir ce à quoi il ou elle dit non. On le voit dans les rêves, notamment : vouloir courir et ne pas pouvoir, par exemple. Cris d'orfraie ou pas, c'est un fait psychique et humain. Cela ne valide ni n'autorise, évidemment, la pratique du viol mais cela relativise les propos sur un regard ou une insistance dans un lieu public, etc. Car la brigade morale #MeToo a engendré cela. Il y a du trouble, de l'indécidable... Bref, du désir. #MeToo, et c'est pourquoi le freudisme et sa refonte par Lacan sont une de ses cibles, veut mettre fin à ça. Mais l'idée d'une clarté nécessaire du désir est pire qu'un oxymore, c'est une négation de celui-ci. Voyez le film Elle de Verhoeven.
Certains ont hurlé à l'idée que, par exemple, il puisse y avoir jouissance d'une femme lors d'un viol. Ce point est à mes yeux typique de la bêtise morale de #MeToo par rapport à la réalité psychique. Si viol il y a, c'est un crime. Cela relève de la justice. Que la femme violée ait joui ou pas. On a par ailleurs tout à fait le droit de ne pas vouloir jouir.
Le désir est trouble, il est multiforme. Il peut être transgressif. Freud parlait du sens contradictoire des mots primitifs (voir ici), on ferait bien de ne pas l'oublier.
#MeToo prospère aux Etats-Unis parce qu'il y a là-bas un fond extrêmement moral qui n'envisage pas la dimension trouble du psychisme humain. La psychanalyse, dans sa dimension radicale, n'y a pas bonne presse. Les psys des films de Woody Allen sont des guignols.
Que la gauche européenne souscrive à la dernière bataille de l'Ego psychology est un signe supplémentaire de son tournant effroyablement réactionnaire. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE