Les médias, Valls, la clique parlementaire s'émeuvent. Pensez ! "17 Français tués en 3 jours" !, a souligné le Premier ministre, précisant que ce n'était pas arrivé depuis longtemps. C'est donc sacré, un "Français" ? Je veux dire, comparé à toutes celles et tous ceux qu'on bombarde et tue dans les pays que Sarkozy appelle "barbares" alors qu'à l'un d'entre eux, il a soutiré masse de pognon avant d'aller, en bon mafieux qu'il est, descendre le prêteur...

Je me souviens que cet été la mort de milliers de Palestiniens sous les bombes du pote de Hollande attristait beaucoup moins nos officiels. "Israël, disaient-ils tous du PS au FN, a le droit de se défendre". Ils nous ont même interdit de manifester certains jours notre compassion envers le peuple palestinien. C'est bien ça qui est gerbant, insupportable et révoltant.

 

Voilà pourquoi je ne suis pas Charlie.

 

J'ai trop honte d'être blanc pour ça. J'en ai ras le bol qu'on nous dise tous les jours à la télé, à la radio et dans maints journaux que nous sommes innocents et si bons alors que nous bombardons plein d'endroits de la planète. Nos vies et nos corps ne sont pas plus précieux que ceux d'un Malien, d'un Irakien ou d'un Libyen... L'humanité est une et indivisible. La mort de Charb, de Cabu et de leurs amis est aussi affreuse que celle des Libyens que les spécialistes de la "barbarie" Sarkozy et BHL ont livré aux bandes islamistes.

************

Ajout : je connais pas mal de gens, d'amis même, qui iront manifester. Malgré mes réserves sur ce rassemblement, ce ne sera pas l'occasion d'un désaccord ou d'une division irrémédiable ou irrévocable. Je citerai simplement ceci, qui est extrait du dernier discours de Robespierre à l'été 1794 : "Les défenseurs de la liberté ne seront que des proscrits, tant que la horde des fripons dominera".

Avec le carré VIP de la manif, la formule de l'Incorruptible n'en est que plus saisissante.

Je précise enfin que j'ai lu Charlie chaque mercredi, entre 1992 et 1999.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.