Thermidor Terminus ou la mort de Robespierre © Darwin_Kayser
Thermidor Terminus ou la mort de Robespierre © Darwin_Kayser

Le peuple veut toujours le bien mais il ne le voit pas toujours (Robespierre).

 

 

 

Peut-être un heureux signe des temps (après tout Nietzsche disait des grands événements qu'ils arrivaient "sur des pattes de colombes"), mais voilà : on assiste ces jours-ci à un frémissement de réhabilitation politique de L'Incorruptible, de Robespierre.

L'ami hêtre signalait sur son blog () la réédition par La Fabrique du grand petit livre du camarade Georges Labica, Robespierre, une politique de la philosophie dans lequel, entre autres, le philosophe communiste rappelle une des vérités insupportables à la réaction thermidorienne qui, du reste, mit toute son énergie noire à effacer cela de la mémoire populaire, à savoir que L'Incorruptible fut l'homme politique français le plus aimé du peuple. Voilà qui change des loulous interchangeables de l'oligarchie capitalo-parlementaire...

Thiers fit plus de morts que Robespierre. Qui veut le savoir le sait - ou le saura. 

Il y a aussi une pièce qui se donne à Vitry sur Seine à la fin de cette semaine, pièce où seront donnés à entendre - à entendre ! - des discours de Robespierre (voir ici)

Chacun sera frappé par la modernité politique et émancipatrice de cette pensée-là.

Au fond, impossible de tergiverser : en France, on est pour Thiers ou pour Robespierre. La descendance de l'un - dont on retrouve le nom dans moult villes... - passe notamment par le nom du sinistre Pétain. Dans la descendance de celui dont Thermidor a carrément fait disparaître et le corps et la République, on entend Georges Guingouin.

La réhabilitation de Robespierre est une excellente chose. L'Incorruptible incarna pour le coup une grande et universelle idée de la France (celle qui donna la citoyenneté aux Juifs, par exemple ; celle qui abolit l'esclavage aussi et qui était contre les "missionnaires armés").

Sur la politique à l'égard de la religion et des croyants, l'esprit épris de paix civile de Robespierre doit encore nous inspirer... Lui qui disait cette phrase si vraie : "L'athéisme est aristocratique".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.