Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2009

Une grève inattendue dans mon lycée.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le lycée où je travaille, en Seine-Saint-Denis, nous avons été nombreux aujourd'hui à faire la grève. Il y avait un appel syndical au niveau national contre la "réforme" Chatel mais la décision de faire grève - massivement - n'a rien à voir avec des syndicats qui, à tout le moins pour ce que parfois on appelle "leurs directions", signent tout ce que décrète le gouvernement et se couchent devant lui. Dans la longue et fructueuse Assemblée générale d'aujourd'hui, il n'a d'ailleurs que très peu été question de la grève appelée par les syndicats. Mieux, nous avons été plusieurs à dire clairement que ce combat ne nous souciait pas et que les syndicats n'avaient qu'à poursuivre leurs rituelles promenades de santé sans nous.

Ce qui préoccupe mon lycée, en effet, est un combat purement local mais aux répercussions inouïes. C'est le local qui nous donne cette force de faire la grève depuis mardi après-midi. Nous avons, je pense, l'impression d'un face à face réel avec l'Etat via ce que je vais rapporter maintenant.

Nous avons un collègue d'histoire, ex-professeur de lettres-histoire en lycée professionnel pendant 10 ans, qui a passé l'agrégation interne et l'a eue il y a 2 ans. Nommé en lycée, il n'a pas bénéficié de la formation normale mais a été inspecté et a eu un bon rapport. Comme toutefois, il n'avait pas bénéficié de la formation normale, il a dû refaire une année de stage et la seconde inspection l'a volontairement sabré. Notre collègue est menacé de ne pas voir reconnue l'obtention de son agrégation (et, info de dernière minute, la DRH qui doit statuer a signé sa non-titularisation).

Cela révulse nombre de collègues. Dès que nous avons appris la menace qui pesait sur la tête de notre collègue O., mardi après-midi, nous nous sommes mis en grève. Au-delà de son cas, c'est le mépris des statuts que nous rejetons. Mercredi, nous avons poursuivi ainsi qu'aujourd'hui, suite à une décision prise par échange de mails.

Aujourd'hui, dans une longue AG et alors que nous pensions suspendre le mouvement demain, la discussion a été réellement délibérative puisque par exemple, je pensais m'abstenir pour la grève demain et, en quelques minutes, ai changé d'avis. Nos AG sont pleines de monde, de gens qui ne se soucient pas des appels dérisoires des syndicats. La grève a été votée pour demain vendredi au nom du principe selon lequel on ne pouvait pas baisser les bras devant une telle violence et une telle surdité de la hiérarchie. Comme, arguait un collègue, rien n'a changé, nous devons continuer et montrer notre détermination. Dès lors, la grève a été votée pour demain.

Je reviendrai sur cette grève si besoin est mais elle prouve d'ores et déjà que la subjectivité défaite post-2003 est close. Que les gens n'aient pas ou plus envie de se battre est une légende trade-unioniste et, il faut bien le dire, parlementaire. Ce sont les syndicats qui sont fatigués et fatigants, pas les salariés. Enfin, ce qui m'a frappé dans l'AG d'aujourd'hui, c'est son caractère ouvert, le vide qui se comble au gré de la discussion. Cela a été un vrai moment politique, précisément pas idéologique dans le bon sens du terme. Chaque matin, avec les collègues, nous pensons quelque chose. Il y a bien sûr les attitudes physiques de la grève, une certaine façon d'être debout, de parler gravement mais il y a surtout la redécouverte, jour après jour, du plaisir - oui ! Nous nous le sommes dit ce matin, entre anciens de 2003... - à voir que nous pouvons nous battre sans nous attarde[r] à l'ornière des résultats, pour reprendre René Char.

Si tous les lycées étaient comme le mien, les ministres de l'Education n'en mèneraient pas large...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy