Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

3 Éditions

Billet de blog 12 mars 2020

L'hébertoféminisme

Hébertoféminisme parce qu'un semblant de combat émancipateur marche dans les traces peu reluisantes de la Gauche prolétarienne à Bruay en Artois. Tout cela commença par un appel à la délation ("Balance") et la suite est à l'avenant.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'hébertoféminisme a commencé par un appel à la délation. Balance, disait-il, au pays du pétainisme transcendantal. Balance ton porc. Qu'on parle de porc à propos de gens inconvenants ou davantage avec les femmes ne me choque pas. Mais, balance, oui. Balance comme appel à dénoncer mais aussi, implicitement, comme alpha et oméga d'une justice sommaire. Qui est balancé est coupable. Enquête et jugement sont inutiles. Avoir un phallus est un crime. Jugé coupable. La rumeur fait le verdict.
Coupable, Caubère ; coupable, Joxe, etc. C'est la dimension proprement hébertiste du néo-féminisme bourgeois blanc (on ne l'a pas beaucoup entendu pour défendre les dames voilées, c'est son côté Charlie) : la meute a raison, forcément raison. L'outrance est justifiée et l'essentialisation des mecs ("Vous nous violez") en bêtes lubriques n'est contestée que par les connards ou les ringardes réactionnaires. Par les porcs, sans doute. En outre, pour illustrer le mépris de la nébuleuse hébertoféministe pour la justice, allez voir Place d'Italie : d'immenses affiches qui, en creux, demandent le jugement du jeune homme qui a tué Sarah Halimi.
Après "Balance", peut-être un peu violent (mais j'ignore les arcanes de l'hébertoféminisme), il y a eu #MeToo, exportation des USA (de Trump ?), pays dans lequel lorsqu'un prof, après un cours, parle à une étudiante, il laisse la porte ouverte, histoire de ne pas finir en taule.
#MeToo est intéressant en ceci, précisément, qu'il dit "Moi aussi". "Moi aussi", j'ai eu un regard insistant (ira-t-on en taule pour un regard jugé insistant ?) ; "Moi aussi", je me suis fait sifflée ; "Moi aussi", un pov' gars m'a proposé un verre dans un café alors que je ne lui avais rien demandé ; "Moi aussi, j'ai été agressée... Bref, "Moi aussi", je suis une femme. Mais si, par hasard, vous n'avez rien subi de tout cela, êtes-vous encore une femme ?
#MeToo est donc en un certain sens un énoncé anti-femme puisqu'en creux, il soutient que ne méritent le nom de "femmes" que celles qui séduisent, qui se font emmerder, etc. Les autres ? On ne sait pas. Peut-être n'ont-elles pas de nom.
Jamais, dans tout cela, il n'a été question de justice. La courageuse Marie Dosé (une "collabo", sans doute) a été moquée sur tous les réseaux sociaux de la nébuleuse. On peut aussi se passer de père et, avec Osez le féminisme, conspuer, comme Blanquer et Dehaene, la psychanalyse freudo-lacanienne en soutenant le film Le phallus et le néant. Quant à Polanski ou Ramadan, sait-on au juste ce qui est avéré ou non dans les accusations dont ils font l'objet ? Et l'art soumis à la morale, c'est ça, votre révolution ?
En vérité l'hébertoféminisme évoque la séquence Bruay en Artois de la GP quand celle-ci accusait un notaire de meurtre parce qu'il était notaire. Là, à la place du notaire, on a les hommes. Et la freudophobie de l'hébertoféminisme dit pourquoi : le phallus est un crime. 
Nombre de femmes ne supportent plus ce climat inquisiteur et mondain. Tout le monde le sait. Mais la société du spectacle a une visibilité hors pair. 
Et si la "une" de Valeurs actuelles est pitoyable, je remarque toutefois qu'elle atteste que ce torchon d'extrême droite et l'hébertoféminisme forment un couple politique subtil en mode "Je t'aime, moi non plus". J'ai toujours pensé que l'hébertisme était l'aile gauche de l'extrême droite française, du genre de celles qui crient "Vive les pédophiles ! Vive les pédophiles !" comme certains attaquaient Cohn-bendit il n'y a pas si longtemps. Bref, comme dans une manif d'extrême droite qui exige une justice expéditive.
Pour conclure, une histoire : j'ai un ami qui a eu il y a un peu plus de 8 ans un enfant par IAD. Le couple s'est séparé et la femme s'est mise en tête de dépaternaliser le père au nom des gènes (le père n'est pas biologique, pas racial). Toutes les amies de cette femme soutiennent son "combat" au nom de la sororité, sans doute. Au nom, aussi, de la contingence des pères et de leur foutu phallus.
L'hébertoféminisme nous prépare des jours radieux.
Un grand merci à Mediapart pour son rôle actif dans ce climat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes