Une histoire presqu'imaginaire mais absolument réaliste.

Plus l'islamophobie est consensuelle et s'aggrave, plus il apparaît qu'elle est le pendant conjoncturel de l'antisémitisme d'antan.

1934, Xavier Vallat se fend d'un court billet dans Gringoire où il moque et s'en prend violemment aux juifs à longue barbe présentés comme "allogènes à la civilisation française".
Quelques jours plus tard, un jeune juif, communiste fraîchement arrivé de Pologne, l'alpague dans la rue en le menaçant "La prochaine fois, je te fais manger ta canne avec tes dents plantées dedans, vu ?". Vallat tremble et, choquées, toutes les huiles républicaines lui rendent hommage au nom de l'ordre public et de la démocratie. Vallat a fini à Vichy, collabo pour l'éternité.

Si le comportement des huiles républicaines vous choque, alors ne passez rien à Judith Waintraub, journaliste d'extrême droite au Figaro.
Aucun doute : l'islamophobie d'aujourd'hui aurait ravi Vallat, Maurras et consorts comme nouvel "état confédéré". Elle est le pendant conjoncturel de l'antisémitisme d'antan.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.