Michel Onfray se déleste de ses dernières pudeurs

Dans un numéro à paraître à la fin de ce mois, la revue Eléments ("pour la civilisation européenne", proclame-t-elle... Tout un programme !) publie dans un même numéro une longue interview de Patrick Buisson ainsi qu'un entretien avec notre Pangloss national, à savoir Michel Onfray qui, du reste, fait la "une" du magazine en offrant le mot "populiste" à la nébuleuse d'Alain de Benoist qui n'en demandait pas tant.

Dans un numéro à paraître à la fin de ce mois, la revue Eléments ("pour la civilisation européenne", proclame-t-elle... Tout un programme !) publie dans un même numéro une longue interview de Patrick Buisson ainsi qu'un entretien avec notre Pangloss national, à savoir Michel Onfray qui, du reste, fait la "une" du magazine en offrant le mot "populiste" à la nébuleuse d'Alain de Benoist qui n'en demandait pas tant. Ce n'est même pas le peuple "old school" qui motive onfray, c'est, comme pour Morano, ce qu'il pense être la nature bio-ethnique de la France...
De façon de plus en plus évidente, l'idole pourrie d'une partie non négligeable de la gauche franchit le rubicon qui le séparait de la pure et simple extrême-droite. Cela a existé dans le passé, avec notamment le Cercle Proudhon qui rêvait de rassembler monarchistes de l'Action française et anarcho-syndicalistes dont semble se réclamer Michel Onfray (que, le fait est notable, l'on n'a pas entendu à propos des salariés d'Air France arrêtés au petit matin...).
Je crains que signaler les agissement d'un Onfray qui fait sauter une à une les digues vers la réaction la plus ténébreuse ne soit pas utile tant la gauche qui le soutient est vérolée par ce qu'elle croit être, par exemple, la laïcité et qui n'est, en vérité, qu'un athéisme buté à mi-chemin de Hébert et du Père Combes. Mais puisque il m'a été reproché de pointer sans fondements sérieux le chemin pris depuis longtemps par le filousophe du bocage, je ne juge pas inutile de relever les éléments (sans mauvais jeu de mots) qui attestent chaque fois davantage la direction extrêmement réactionnaire prise par Michel Onfray.

Pour la revue, c'est ici : http://www.revue-elements.com/elements-La-Droite-face-au-poison-liberal.html

Eléments © De Benoist/Onfray Eléments © De Benoist/Onfray
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.