Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 juil. 2014

Le CRIF pourra bientôt rejoindre le Rassemblement bleu marine.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'inénarrable président du CRIF, celui-là même qui intimait aux musulmans de "se tenir tranquille" après le 21 avril 2002, à savoir Roger Cukierman, parle à propos des manifestations propalestiniennes de "pogroms" et de "Nuit de cristal". C'est dire à quel point le chantage mémoriel post-génocide est le ciment de la justification des exactions israéliennes à l'encontre d'un peuple qui n'a par ailleurs rien demandé. Cela est insupportable mais pas seulement pour des Palestiniens sur lesquels des pays comme la France pensent s'essuyer les pieds d'un passé collaborationniste ; cela est insupportable, précisément, pour la mémoire des juifs persécutés, traqués puis gazés dans l'Europe blanche peu avant le mitan du siècle dernier. 

M. Cukierman sait-il ce qu'est la Nuit de Cristal ou bien un pogrom ? Par ces propos de comptoir, il relativise l'horreur véritable du nazisme en Allemagne où, avant la décision de la solution finale prise en 1941, les juifs étaient mis en quarantaine de la société et juridiquement exterminés par des décrets administratifs étatiques persécutoires destinés à leur pourrir l'existence. Certaines professions étaient interdites aux juifs, les heures où ils étaient autorisés à faire leurs courses drastiquement délimitées et le IIIème Reich avait imposé aux hommes juifs d'apposer "Israël" avant leur prénom et aux femmes, "Sarah". Les lois de Nuremberg, c'était ça. La folie persécutrice via l'administration étatique poussée à son comble avant la mise à mort pure et simple.

Quel rapport entre cela, impulsé par un état, et quelques slogans antisémites éventuels entendus lors de manifestations propalestiniennes ? L'état français attaque les magasins tenus par des juifs ? Il songe à interdire la kippa dans les lieux publics ? Non, fort heureusement.

Le problème, néanmoins, est que presque 80 ans après Chautemps, ministre Front populaire craignant l'afflux d'étrangers "israélites" en France, la persécution étatique n'a pas disparu en France même si, évidemment, elle n'a rien à voir avec le nazisme. Elle concerne les musulmans (et les Rroms) de ce pays (on oublie vite que les nazis traitèrent juifs et Rroms de la même manière) dont le foulard des femmes est sans cesse dénoncé comme une menace pour la République.

Plus généralement, la page de l'antisémitisme européen est très probablement refermée même si quelques tarés subsistent. La psychopathologie ne fait néanmoins pas une politique criminelle massive et si Hitler était resté un histrion paranoïaque amusant les tavernes rances bavaroises, il serait depuis longtemps oublié.

Il importe donc de démonter systématiquement les horreurs proférées par la clique sioniste emmenée par le CRIF et son FNJ sioniste appelé LDJ. La perpétuelle référence à l'Extermination est odieuse pour trois raisons au moins : elle transforme des morts dans des conditions épouvantables en bourreaux alors même que de nombreux juifs du shtetl n'étaient pas sionistes et étaient même parfois antisionistes ; elle occulte la vérité sur ce qui se passe en Palestine et qui est, indépendamment de quelques éventuels psychopathes antisémites traînant dans une manif, la seule chose sur laquelle chacun doit se prononcer et enfin, elle permet à l'Europe qui fait depuis toujours la morale aux "barbares" de se laver d'un crime qui s'ajoute, par exemple, à celui de l'esclavage.

Les discussions sur l'antisémitisme sont oiseuses quand il s'agit de se prononcer sur la politique israélienne. Si des Noirs ont pu dire (c'est une hypothèse) "Mort aux blancs !" sous l'apartheid, c'est bien parce que "les blancs" étaient leurs oppresseurs. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, lorsque le CRIF explique que "les juifs" de France sont comme un seul homme derrière Israël et ses bombes, que croit-il engendrer ? C'est du reste ce qu'il espère car seul un reste d'antisémitisme réel ou supposé peut justifier Israël. De ce point de vue-là, Cukierman et Soral sont des alliés objectifs.

Il faut donc se prononcer sur les principes et sur ce qui fait un état démocratique. Peut-on accepter un pays dans lequel des gens ont des droits différents selon leurs supposées origines ethniques, religieuses, culturelles, etc ? Peut-on accepter qu'un pays use d'une force militaire disproportionnée dès que son petit voisin bouge le petit doigt ? Peut-on même accepter qu'un crime abominable justifie un crime sans fin de la supposée descendance des victimes du crime abominable ? 

Une fois encore, on peut soutenir qu'Israël est un état antisémite qui pense, comme Hitler, qu'il y a une race juive. De ce point de vue-là, d'ailleurs, les nervis du CRIF rassemblés sous le nom LDJ sont des judéo-fascistes (pour ne pas dire plus...) dont le fondateur Meir Kahane avait réécrit (qui le sait ?) les lois de Nuremberg... Mais en faveur des juifs !

À ce propos, d'ailleurs, il faudra demander des comptes au pouvoir PS au sujet de sa mansuétude pour les siono-fascistes.

Manifestation de soutien à la résistance palestinienne, samedi 19 juillet 2014, à Barbès (pour la manif parisienne), 15h00 !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky