Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2021

Temps

Un poème en prose de l'été 2014.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

TEMPS

I

Mi-vie peut-être je n'en sais rien mon corps lui-même n'en porte aucune trace ostensible juste le bruit du temps rivé aux éclats de rire mica que le vent dépose sur la grève. Les étreintes vénéneuses de jadis remisées aux illusions perdues ne cessent jour après jour de réveiller ma mélancolie. Mais l'ancolie je ne sais à quoi elle ressemble d'autant que rien ne change politiquement. Ou plutôt, le pire suit son cours. Le soleil se couchait tôt en ce temps-là derrière les tours et nous étions interdits devant ce nous qui frappait à la vitre d'un temps chamboulé. Rutilement du jour enfin saisi pour nous qui serions pourtant surpris par la nuit. Ah ne pas savoir - ou savoir trop tard ! Aux terrasses des cafés, du monde et des gueules revenues de tout et surtout, crime supérieur mais pourtant non estimable, riant, édentées parce qu'elles l'avaient bien voulu, de l'amour et pas seulement de l'embrasement qui éclaire bien plus qu'un incendie.

L'étincelle mettrait le feu à la plaine mais la parole d'un deux, irisée blanche après l'orage, évacuerait toute comète de notre existence. Incandescence à perte de vue.

Ah que croient-ils ceux qui rient comme des cons, satisfaits d'avoir tout compris arrivés à 40 ans afin de négocier (mais avec qui ?) leur sortie définitive qui se dessine d'abord dans les sourires disparus ? La nuit ne tombe pas et, quand bien même, son irruption ne nous concernerait plus. Les trains qui roulent en ces nuits sans lune détiennent les seuls trésors possibles. Qu'il serait facile de se rendre - mais qu'importe, rien ne nous sera épargné.

II

Elle, ses deux filles à la main, marche derrière la vitre. Elle ne se retournera pas. On a beau dire et tout le monde peut se repaître de doux mots et de fiévreuses pensées, l'éternité n'est pas de ce monde. Pourtant, je la crois, moi, fragile et provisoire, limitée certes dans la contingence qui nous enserre mais aux effets illimités. Derrière la vitre, elle marche. Ses mains dans celles de ses deux filles auxquelles elle tient comme à la seule trace exhumée de son désastre et du fjord de la mort dans sa vie.

Elle ne se retournera pas bien que je la hèle en pleurant.

Tout cela était bien beau mon amour, cette étreinte derrière les tours peu éloignées du périphérique mais cette fragilité à rebours de toute idée de famille ou de situation, non, non, non. Je ne me retourne pas et peu m'importe si tu doutes de mon amour. Quelle importance, au fond ? La vie a des exigences qui passent outre la merveille qu'on hèle mais qui ne dessine en rien une situation. En ces jours piqués d'étoiles où nous parvenions à nous manquer bien qu'inséparables, quelque chose frappait de vanité nos étreintes pourtant incessantes. La plaine en feu serait bientôt barrée par la mer.

(Tossa de Mar, été 2014)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre