Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

3 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2021

Une qualité de "La femme d'à côté", le film de Truffaut.

Dans "La femme d'à côté", le personnage joué par Depardieu dit toujours à Mathilde (Fanny Ardant) qu'il aime à en mourir qu'il a "quelque chose à lui dire".

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans La femme d'à côté que j'ai vu de nombreuses fois notamment pour tenter de savoir si c'était un bon ou un mauvais film, Bernard (Gérard Depardieu) dit toujours à Mathilde (Fanny Ardant) qu'il a quelque chose à lui dire. Ce point m'a frappé le dernière fois que j'ai vu ce film, la semaine dernière et je me suis dit que finalement, le film malgré ses côtés convenus n'était pas si médiocre que je l'avais d'abord pensé (mais je deviens de plus en plus dur avec les films tant j'aime la plupart de ceux de Godard. Top souvent le cinéma court après la littérature : il essaye de mettre des plans et des dialogues à la place des phrases du roman ou du récit. Les films en intériorité sont rares mais quand ils existent, ils sont éblouissants, livre d'images comme dit Godard ou Le vent de la nuit, de Philippe Garrel).
Ce aspect m'a frappé car il est un motif récurrent dans le film. Le mec a toujours quelque chose à dire (la nana, bizarrement non - mais je n'en déduis rien -. Le mec est juste peut-être plus véhément, inquiet je ne sais pas) mais ce point qui peut passer inaperçu dans le flot des dialogues contingents du film est en vérité essentiel. Tout le propos sur la passion qui dévorera jusqu'à la mort les amants tient en ce motif en dépit de tout le reste du film qui dessine cette passion. "J'ai quelque chose à te dire", "Je veux te voir pour te dire quelque chose". Cela revient sans qu'évidemment on ne sache ce que, précisément, il a à dire parce que cela n'a aucune importance. Seul compte qu'il ait quelque chose à dire, qu'il y croit alors qu'il ne peut en fait rien dire parce que ce qu'il dit est pensé par lui en un sens mais ne peut-être dit non par morale par interdit mais par une sorte de confusion liée à la puissance fantasmée de son dire dès lors indicible. Ce qu'il veut, c'est dire quelque chose, ce qu'il veut dire c'est qu'il veut dire quelque chose et tout son désir est là, dans ce désir qui ne peut-être comblé. J'ai quelque chose à te dire ? Quoi ?, si elle lui demande. Ce à quoi il pourra répondre "Je ne peux pas te le dire là mais j'ai quelque chose à te dire". Il y a toujours quelque chose à dire et on est peut-être là, chez Truffaut, proche du Lacan disant qu'aimer, c'est vouloir donner à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose qu'on n'a pas.

Comprenant ça, le film m'a semblé présenté un intérêt malgré tous ses défauts cinématographiques quasi "qualité française" et à mon sens (ce que je déteste en gros chez Sautet, par ex.) trop scénarisé et, surtout, trop littéraire alors que la littérature ne figure rien, ne représente rien ("Le sens trop précis rature ta vague littérature"). Bon parce qu'il a cette idée constitutive que "j'ai quelque chose à te dire" est un énoncé fondamental du désir amoureux (Bernard/Depardieu s'énerve tout le temps et la femme en est tantôt effrayée, tantôt séduite, tantôt amusée). Mais peut-être que ce désir - je ne sais pas - est exclusivement masculin (ce qui n'affaiblit que partiellement mon propos et n'entame pas la valeur du film).

Tant qu'on peut penser "J'ai quelque chose à te dire" et que cela repose sur à la fois une impossibilité - l'impossibilité à dire, précisément - et en même temps cette certitude qu'on a en effet quelque chose à dire d'existentiel, il y a une perpétuation de l'amour par son désir singulier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie