Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

3 Éditions

Billet de blog 20 juin 2017

La politique, c'est avant tout des principes et des choix subjectifs !

En fait de "renouvellement politique", Macron et ses sbires radicalisent le discours capitalo-parlementaire mainstream qui fait de la politique une "science" soumise à des lois qui feraient que "ça marche" ou que "ça ne marche pas", sans que l'on sache ce que désigne ce brumeux démonstratif. Pour nous, au contraire, la politique, c'est la volonté opiniâtre d'inscrire l'émancipation dans le réel.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Partout, dans les médias béats de droite et de "gauche" (car pour ces gens-là, misère, il y a une gauche macroniste), on a droit au même refrain. Réussir ! Il s'agirait, même, nous dit-on, de "laisser sa chance au président Macron", ce qui justifierait l'abstention record et/ou la majorité donnée au Golden boy de l'Élysée afin de voir si celui-ci, après tant d'autres, pourrait enfin réussir - donc - sans qu'évidemment l'on sache ce qu'en l'espèce ce verbe signifie ni ce qu'il devrait précisément... réussir !
Ce discours est du reste tellement répandu qu'il est repris y compris par les adversaires parlementaires du camp Macron lorsqu'ils souhaitent aux députés En marche ! de réussir dans leur tentative d'extirper ce pays, la France, de la crise pour enfin, expression glaçante mais adéquate à l'esprit cognitivo-comportementaliste de la Macronie, remettre ce pays, en marche et, surtout, "au travail !" comme cela est, depuis des décennies, l'antienne du patronat avide de profits.
En vérité, ce discours est consensuel, repris par le chef de l'Etat lui-même qui, s'emmêlant les pinceaux, confond Deng Xiaoping et Mao Zedong et croit citer ce dernier alors qu'il se réfère au premier en rappelant que selon lui "Peu importe qu'un chat soit blanc ou noir, pourvu qu'il attrape les souris". Discours en réalité absolument antipolitique puisque ramenant ladite politique à une sorte de science objective dont l'efficace ne se mesurerait qu'à l'observation de variables de courbes comme, exemple le plus éclatant, celle du chômage.
Ce discours qui est le fond de l'antienne étouffante néolibérale est tout simplement insupportable. Il fait passer par pertes et profits la dimension principielle de la politique dont on peut dire, selon qu'on est du côté de l'émancipation (laissons "progressisme" aux stipendiés PS de Macron) ou de la réaction, qu'elle n'est pas en premier lieu une science d'experts, fondamentalement, mais la bataille opiniâtre avec le réel pour inscrire dans la vie de tous et toutes des principes, donc, que l'on juge justes selon qu'on est du côté de l'égalité ou qu'on s'accommode de l'inégalité du monde, du fait que des réfugiés meurent sur de frêles esquifs parce que leurs pays brûlent ou bien encore que de nombreuses et nombreux salariés gagnent très peu en travaillant bien plus que les jeunes loups d'En Marche qui viennent de débouler à l'Assemblée nationale !
Le discours politique objectiviste est à combattre et à démonter. En dehors de cela, les lendemains risquent de continuer à être - très - douloureux. Il n'y a pas de politique qui gagne, qui serait efficace ou de politique qui perd, inefficace. Il y a avant tout opposition sur les principes politiques, principes qui amènent à des décisions concrètes dans une situation réelle donnée. De ce point de vue-là, quelle régression nous impose le parlementarisme à nous faire croire - mais qui le croit vraiment ? - que l'on peut, contrairement à ce que disait le grand révolutionnaire Saint-Just, régner innocemment. Tout, en politique, est de l'ordre du choix, du choix subjectif. Le fil libéral dont Deng Xiaoping, Reagan, Thatcher, Mitterrand jusqu'à, désormais, Macron sont des représentants n'a rien de scientifique ni d'objective justesse : c'est un fil réactionnaire de bout en bout qui enrichit les riches, appauvrit les pauvres et met le peuple en crise en s'en prenant par exemple, même implicitement, à la religion des plus pauvres, l'islam (pour ce qui est au moins de la France).
De ce point de vue, le Front national, bien que réellement d'extrême droite, est l'idiot utile du système parlementaire français. Il est l'opposition choyée par nos dengo-blairistes dont le président Macron est désormais le représentant français à la tête de l'État et de la République.
Une politique aux principes réactionnaires aura des "résultats" déjà connus. Au nom de la prétendue lutte contre le chômage - mais pas contre les profits ni les inégalités -, l'État précarisera le travail et, partant, la vie entière des plus pauvres - qui ne sont pas les plus fragiles, bien au contraire - et l'on aura en fait le "choix" entre un chômage élevé - en régime capitaliste - ou un salariat précarisé et atomisé, histoire qu'il ne puisse pas s'organiser pour lutter contre la loi d'airain du capital.
Toute action politique est une pensée qui découle de principes intangibles qu'il faut concrétiser dans la vie quotidienne des gens réels. Il ne s'agit pas d'attraper les souris mais bien plutôt de faire en sorte que "Liberté, Égalité, Fraternité" ne soient plus de vains mots. Ce n'est évidemment pas sur Macron et ses obligés qu'il faudra compter pour qu'il y ait vraiment de la politique puisque ceux-ci n'ont comme programme que de permettre à certains de "devenir milliardaires" - mais il est urgent d'opposer massivement à l'épouvantable consensus néolibéral la possibilité, au nom de principes émancipateurs, de la politique de l'émancipation elle-même et de l'égalité entre toutes et tous !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry