Dans la revue «Esprit», un très bon texte sur le sinistre et misérable Onfray

Ci-joint un texte tout frais de Michael FŒSSEL dans la revue Esprit qui expose bien les tenants et aboutissants de l'entreprise nihiliste et opiniâtrement réactionnaire de Michel Onfray.

Ci-joint un texte tout frais de Michael FŒSSEL dans la revue Esprit qui expose bien les tenants et aboutissants de l'entreprise nihiliste et opiniâtrement réactionnaire de Michel Onfray.  Celui-ci, pire que Pangloss dont il partage néanmoins la stupidité, hait tout ce qui n'est pas lui et a comme exclusif dessein d'abattre les grandes figures de la pensée par des attaques d'une bassesse inouïe à partir d'éléments biographiques des penseurs qu'il souhaite débiner.

Il est aisé de voir qu'Onfray se venge, grâce au cirque médiatique complaisant, d'une médiocrité universitaire qui lui a fermé tant de portes. Non reconnu par l'Académie tant il abaisse une philosophie française qui comporte beaucoup de grands noms, il est revenu par Le Point et Franz-Olivier Giesbert... Sacré libertaire ! Il y a eu des peintres ratés fous de rage ; il y a un filousophe (selon le mot de Victor Hugo) impuissant à forger quelque concept et/ou système - ce qui le met dans une rage froide mais noire et le fait débiner Freud, Sartre, Deleuze, etc., tout en saluant de médiocres philosophes (ceux-là ne lui feront pas d'ombre) genre Albert Camus, sans parler de son rapport ambigü à Marine Le Pen.

Le texte joint pose bien les choses. Il expose bien, en creux, en quoi Onfray colle bien à la situation actuelle de notre pays. Il est le penseur (ou plutôt le panseur) d'un pays qui est devenu, comme le disait Sartre en 1961 au moment de la Guerre d'Algérie, "le nom d'une névrose". Il est un signifiant de premier ordre du désastre général national.

 

http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=387

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.