On savait le PS pro-US, atlantiste et souvent pire que la droite française en matière de diplomatie mais là, c'est le pompon. Par la voix de son Flic Valls, Pépère Hollande désigne des "ennemis intérieurs" (à savoir les "salafistes") tandis qu'à l'extérieur, il pactise sur du Mike Brant avec le Premier ministre d'extrême droite israélien, Benyamin Netanyahu.

Ce soutien au dernier avatar du colonialisme d'antan rappellera définitivement à qui veut savoir qui est le PS. De Mollet à Hollande en passant par Jospin (justement caillassé à Bir Zeit en 2000), ces gens sont des suppôts de la vision impériale-occidentaliste du monde.

Le "chant d'amour" que Hollande était prêt à entonner pour Israël et son ami "Benyamin" lors de son récent voyage est une honte à laquelle, il faut bien le dire, Chirac ni Villepin ne se seraient prêtés. 

 


Valls la matraque, Valls le raciste postracial

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.