HSBC-RAPHANEL:j'avance dans les délits grossiers commis par HSBC

La banque HSBC France protégée semble t il par la justice en protégeant indirectement les magistrats trompés par ladite banque depuis des années et la justice se troue dans une situation difficile.

 

 

 

1vieux-fourneau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                             

 

2-lettre-du-2-11-1994
1-

 

 

   

 

 

 

     

 

 

 

 

           

 

 

 

                                                              CAUTION du 11.8.1994 FALSIFIEE

                                                                                                      2-

L'acte de cautionnement qui est confirmé par la banque le 2 novembre 1994  avec l'horodatage et sans nom de la  banque et cette absence                                                                                                    est sanctionnée par la Cour de cassation comme une caution nulle dans son arrêt du 22 janvier 1985 n°83-15235

capture-d-ecran-2018-02-22-a-06-20-51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------

 

7-caution-falsifiee

 

-------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         Argument de la banque professionnel avisé soutient en ne respectant pas le par ces motifs de l'arrêt du 22 2 2001.

                                                                   Intérêt indument et/ou illicitement perçus

                      alors que l’arrêt dit «Ordonne devra déduire les intérêts indument perçus en leur substituant les intérêts aux taux légal et, d’autre part les intérêts illicitement perçus sur les dates de valeur, « ce qui est un enrichissement sans cause.                                                                 

                                                               3-sans encore une fois heurter l’autorité de chose jugée                                

                                          Les arguments soulevés régulièrement par HSBC et qui relèvent de délits pénaux                                                                                           

                                                                                                            1

DISCUSSION :

Conclusions 10.10.2018 page 9 et 10

En deuxième lieu, et subsidiairement, les demandes de Monsieur RAPHANEL et de la société FREGA, tendant à voir réduire la créance de HSBC France ainsi qu’obtenir sa condamnation pour une prétendue falsification de caution, sont irrecevables comme se heurtant à l’autorité de la chose jugée attachée à l’arrêt de la Cour d’Appel de Versailles du 22 février 2001.

                                                                                                           2

Conclusions du 13 3 2019 page 15

En deuxième lieu, Monsieur RAPHANEL et la société FREGA ne peuvent davantage solliciter la condamnation de HSBC France au titre d’une prétendue falsification de l’engagement de caution, sans encore une fois heurter l’autorité de chose jugée attachée à l’arrêt de la Cour d’Appel de Versailles du 22 février 2001.

                                                                                                           3

Conclusions du 11 9 2019 page 15

En deuxième lieu, Monsieur RAPHANEL et la société FREGA ne peuvent davantage solliciter la condamnation de HSBC France au titre d’une prétendue falsification de l’engagement de caution, sans encore une fois heurter l’autorité de chose jugée attachée à l’arrêt de la Cour d’Appel de Versailles du 22 février 2001.

 L’article 1351 du code civil qui dispose que :

"L’autorité de la chose jugée n’a lieu qu’à l’égard de ce qui fait l’objet du jugement. Il faut que la chose demandée soit la même ; que la demande soit fondée sur la même cause ; que la demande soit entre les mêmes parties et formée par elles et contre elles en la même qualité."

 Seules les questions litigieuses qui ont été tranchées par le juge et qui sont contenues dans le dispositif ont en principe l’autorité de la chose jugée, à l’exclusion des motifs qui ne sont pas le soutien nécessaire du dispositif.

 Cour de cassation chambre civile 1-16 avril 2015 n° 14-13280
« Qu'en statuant ainsi, alors que l'autorité de la chose jugée, attachée au seul dispositif de la décision, ne peut être opposée lorsque des événements postérieurs sont venus modifier la situation antérieurement reconnue en justice, la cour d'appel a méconnu le texte susvisé ;
PAR CES MOTIFS, CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions. »

 Tous les actes d’HSBC conservé dans la clandestinité puis découvert au fil de procédures longues et difficiles , que la justice condamne comme du harcèlement contre une personne morale faible, il est démontré ci-dessus et ci-dessous de la malhonnêteté de la banque HSBC et de ses avocats.

La banque HSBC France est particulièrement de mauvaise foi en niant les faits , le service juridique ayant procédé à cette modification qui est une falsification d’une pièce bancaire un acte de cautionnement, d’avoir perçu des intérêts indus et illicites dans la clandestinité et obtenu des décisions par escroquerie au jugement en bande organisée et d’avoir perçu des sommes d’ESER en les cachant et renouvellent une hypothèque sans  déduire lesdites sommes et  la Cour de cassation sanctionne ces pratiques :

 

C.cassation 25/11/1975 n°75-906665

« QUE D'AUTRE PART, LA POSSIBILITE D'UN PREJUDICE SUFFIT A FAIRE TOMBER LA FALSIFICATION DE LA VERITE SOUS L'APPLICATION DE LA LOI PENALE; »

…ET LE CONDAMNER DES CHEFS D'ABUS DE CONFIANCE, DE FAUX EN ECRITURES DE BANQUE ET D'USAGE DE CE FAUX,

                           

Cour de cassation chambre criminelle du 8 juin 1994 n°93-83360 Cassation
CASSATION sur le pourvoi formé par :- le Crédit lyonnais, partie civile, contre l'arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence, chambre correctionnelle, du 27 janvier 1993, qui, sur renvoi après cassation, a débouté la partie civile de sa demande, après relaxe définitive de Jean-Louis X... des chefs de faux et usage de faux en écriture de banque.

" en ce que l'arrêt attaqué a débouté le Crédit lyonnais de sa constitution de partie civile ;

la fausse indication de la date de valeur d'opérations financières affectant un compte bancaire et l'inscription erronée,

Constitue un faux entrant dans les prévisions tant de l'article 150 du Code pénal que de l'article 441-1 du Code pénal entré en vigueur le 1er mars 1994 l'altération frauduleuse de la vérité, préjudiciable à autrui, accomplie dans un document faisant titre.

Tel est le cas de la fausse indication de la date de valeur d'opérations financières affectant un compte bancaire et de l'inscription à un compte bancaire d'opérations concernant un autre compte, le préjudice résultant pour la banque de ces altérations de la vérité, consistant dans le manque à gagner sur les agios exigibles et dans le versement d'intérêts indus.

 

Cour de cassation chambre criminelle du 25 janvier 1982 n°80-95166
CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL DE POITIERS, CHAMBRE CORRECTIONNELLE, EN DATE DU 5 DECEMBRE 1980, QUI, POUR FAUX EN ECRITURES DE BANQUE, L'A CONDAMNE A UN AN D'EMPRISONNEMENT AVEC SURSIS, 2 000 FRANCS D'AMENDE ET A DES REPARATIONS CIVILES ; 

EN CE QUE L'ARRET ATTAQUE A DECLARE LE PREVENU COUPABLE DE FAUX EN ECRITURES DE BANQUE ET L'A EN CONSEQUENCE CONDAMNE A DES REPARATIONS CIVILES ; 

AU MOTIF QUE " L'OMISSION D'ECRITURE DANS LA COMPTABILITE DE CERTAINES ENTREPRISES ET PLUS SPECIALEMENT D'ETABLISSEMENTS BANCAIRES, CARACTERISE UNE ALTERATION DE LA VERITE LORSQU'UNE TELLE LACUNE SE REPERCUTE NECESSAIREMENT SUR L'ENSEMBLE DES COMPTES ET ABOUTIT A FAIRE APPARAITRE DES RESULTATS MENSONGERS ET MONTRE AVEC INEXACTITUDE UNE SITUATION QUE LE COMPTE A POUR OBJET DE PRECISER " ; 

QUE LE PREVENU A DECLARE AVOIR VOULU, PAR CE MOYEN, " AUGMENTER LA CLIENTELE DE L'AGENCE EN LA FAISANT BENEFICIER DE CREDITS NON AUTORISES ", LE DEPASSEMENT DES CREDITS CONSENTIS PAR LA DIRECTION DE L'ETABLISSEMENT N'APPARAISSANT ALORS PAS DANS LES ECRITURES ; 

ATTENDU QU'EN DETERMINANT LE DOMMAGE SUBI PAR LA BUMF, PARTIE CIVILE, COMME ETANT CONSTITUE PAR LE VERSEMENT DE SOMMES AU TITRE DES CREDITS ACCORDES PAR ELLE SUR LE VU DE COMPTES FALSIFIES, LA COUR D'APPEL, QUI, CONTRAIREMENT A CE QUI EST ALLEGUE AU MOYEN, A CONSTATE LE LIEN DIRECT DE CAUSALITE ENTRE L'ACTE CONSTITUTIF DU DELIT ET LE DOMMAGE SUBI PAR LA VICTIME, A JUSTIFIE SA DECISION ; REJETTE LE POURVOI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.