Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2013

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Le capitalisme financier en cinq faits saillants

Comme le veut la tradition présidentielle, le chef de l’État a adressé lundi soir ses vœux aux Français pour la nouvelle année. Comme bien souvent, ils furent d’une grande banalité et exprimés dans la langue spécifique des carriéristes en politique, la traditionnelle langue de bois.

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme le veut la tradition présidentielle, le chef de l’État a adressé lundi soir ses vœux aux Français pour la nouvelle année. Comme bien souvent, ils furent d’une grande banalité et exprimés dans la langue spécifique des carriéristes en politique, la traditionnelle langue de bois. Langue de bois fort obligée car, depuis plusieurs décennies,  il s’agit pour le président en exercice, au-delà des formes, d’exprimer ses bons vœux , non pas tant aux Français, mais avant tout au capitalisme financier triomphant afin de rassurer la minorité possédante que, vaille que vaille, ses intérêts seront toujours les premiers sauvegardés. Et cela, en toutes circonstances, en faisant supporter le fardeau sur les travailleurs, et les moins qualifiés d‘entre eux, des ajustements nécessaires à la préservation d’un système en faillite.
C’est donc tout « normalement » que François Hollande s’est évertué à rassurer à la fois les rentiers de la dette publique en se présentant comme le grand sauveur des finances publiques,  les actionnaires en rappelant l‘axe central de la politique gouvernementale, à savoir la compétitivité des entreprises, et enfin  les chômeurs en leur disant qu’il est dans l’ordre nécessaire des choses qu’ils se sacrifient sur l’autel des intérêts des rentiers et actionnaires ! A l’occasion de ce genre de vœux présidentiels, disons bien classiques dans le cadre d’une complicité à peine dissimulée par le pouvoir politique avec les forces du capital pour la défense du capitalisme patrimonial, il n’est pas inintéressant de faire un point rapide et synthétique sur certaines évolutions majeures de longue période indissociables à cette forme particulière du système capitaliste durant les trente dernières années.  Ces évolutions importantes, dont on peut en repérer au moins cinq, qui seront présentées graphiquement, entretiennent bien évidemment des causalités réciproques. Seules les causalités dominantes seront exposées.
La conception de l’Europe-marché qui a présidé à la construction européenne et permis au capitalisme financier de prospérer, a été à l’origine d’une course incensée au dumping social et fiscal de la part des États européens, d‘autant plus dommageable, qu’en se généralisant au fur et à mesure de l'élargissement de l'Union européenne, elle a porté atteinte à un moteur essentiel de la croissance, la demande. Le dumping social s’est traduit en effet pour l’économie hexagonale, sur fond de tyrannie de la rémunération du capital, par une baisse conséquente de la part des salaires dans la valeur ajoutée à partir de 1982 (cf. graphique n°1) : la part des salaires est ainsi passée de plus de 76 % dans la valeur ajoutée en 1982 à 69 % en 2011 contre 72 % en 1950.

Le dumping fiscal que se sont livrés les pays de l’Union européenne (cf. graphique n°2) et dans lequel n’a pas hésité à s’engouffrer l’économie française, s’est traduit par des cadeaux fiscaux conséquents pour les grandes entreprises et les riches épargnants. Ces mêmes largesses fiscales vont avoir une responsabilité directe majeure dans la crise des dettes publiques en Europe à partir de 2009.

Dans la logique du capitalisme financier où l’endettement public croissant doit servir autant l’enrichissement  des marchés financiers, sinon plus (!), que l’intérêt général, la dictature financière a su imposer ses lois aux contribuables, notamment par la spoliation d’une part croissante des recettes fiscales au titre du seul remboursement des intérêts liés à la dette publique (cf. la courbe mauve en pointillés du cumul des intérêts liés à la dette publique depuis 1979, à partir du graphique n°3). En final, pour 2012, si l’on ajoute aux intérêts, le remboursement du capital, près de 160 milliards d’euros auront été absorbés par le service de la dette publique, soit 60 % des recettes du budget de l’État, dont près de 60 milliards pour la seule charge de la dette.

 Ce capitalisme actionnarial n’a pas seulement fonctionné grâce à la liberté des mouvements internationaux de capitaux en Europe, organisée dans le cadre de l’Acte unique (1986) et le traité de Maastricht en 1992. Il a également eu besoin de s’appuyer sur le libre-échange naïf et aveugle vis-à-vis de pays dont la faiblesse du coût du travail n’est que le reflet de conditions de travail esclavagistes de la main d’œuvre. Une option  libre-échangiste dans notre Europe-marché qui, en l’absence d’une politique industrielle européenne et compte tenu du déshabillage des politiques nationales imposé par Bruxelles, n’a pu être que désindustrialisante et tentation permanente au moins-disant social pour les vieilles nations industrialisées comme la France (cf. graphique n°4).


En final, qui a payé et continuera de payer le coût exorbitant d’une politique de sauvetage d’un système en déliquescence, inique socialement, inefficace économiquement et destructeur pour la planète ? Question posée autrement : quelles sont les principales victimes faisant les frais du choix politique de la préservation des logiques du capitalisme patrimonial ? Nous avons l’essentiel de la réponse dans le développement du chômage de masse depuis plus de trente ans (cf. graphique n°5), statistique du chômage ô combien restrictive ici puisque définie au sens des critères du Bureau international du travail. Car, si l’on compte toutes les catégories des demandeurs d’emploi de pôle emploi, ce n’est pas 3 millions de chômeurs que la France comptabilise fin 2012, mais 5 millions, auxquels il faut ajouter 1,3 million de travailleurs à temps partiel subi (sous-emploi au sens de l’Insee). 

Et pour être plus proche de la réalité sur les "payeurs en dernier ressort" du choix politique de la continuité, il serait souhaitable d’avoir en perspective une autre courbe, tout autant explosive que celle du chômage, celle des émissions de gaz à effet de serre, traduisant le coût écologique dont devront s'acquitter les générations futures sur l‘autel de la cupidité égoïste du capitalisme financier d‘aujourd’hui.
Que de contradictions invraisemblables entretenues pour le bénéfice de quelques-uns et le malheur de presque tous !   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica