Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2014

Le rapport parlementaire de la vérité sur les 35 heures

Contrairement à la couverture médiatique dominante qui en est faite, parasitée, il est vrai, par le tapage propagandiste incessant de la droite et les ambiguïtés néolibérales sur le sujet du parti « socialiste », les principaux enseignements sur les effets globalement vertueux du passage aux 35 heures en France sont connus déjà depuis longtemps (1).

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement à la couverture médiatique dominante qui en est faite, parasitée, il est vrai, par le tapage propagandiste incessant de la droite et les ambiguïtés néolibérales sur le sujet du parti « socialiste », les principaux enseignements sur les effets globalement vertueux du passage aux 35 heures en France sont connus déjà depuis longtemps (1). Pour autant, le rapport adopté mardi dernier par la commission d’enquête parlementaire sur « l’impact sociétal, social, économique et financier des 35 heures », présidée par le député UDI Thierry Benoit, et dirigée sous la houlette de la rapporteure et députée socialiste Barbara Romagnan (2), ne sera certainement pas de trop pour remettre les pendules à l’heure sur le sujet, en tordant le cou aux principales fausses idées reçues colportées inlassablement comme une bible par l’organisation patronale, le Mouvement des entreprises de France (Medef).
En particulier, la rapporteure rappelle la dynamique vertueuse du partage du travail qui s’est mise en place grâce aux 35 heures à partir de la fin des années 90, responsable à elle seule d’une création nette d’emplois de l’ordre de 350.000 emplois sur la période 1997-2002, selon les estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Et une création nette d’emplois historique pour l’économie française, si l’on en juge par l’évolution du flux net annuel des créations d’emplois (créations moins destructions) depuis 1950, selon l’Insee (voir graphique ci-joint). Cette dynamique vertueuse est donc venue incontestablement amplifier les fortes créations d’emplois sur la période, induites par un rythme de la croissance économique française soutenu à l’époque et supérieur à la moyenne européenne.

© 

Merci donc à la rapporteure Barbara Romagnan pour ce travail à la fois de juste réhabilitation des 35 heures et objectif - certaines erreurs commises dans leur mise en œuvre sont également pointées dans le projet de rapport adopté - qui est aussi un plaidoyer solidement argumenté pour poursuivre sur le chemin progressiste de la réduction du temps de travail (RTT) apparaissant bien, au terme des auditions de cette commission parlementaire, comme la politique de l’emploi la plus efficace et la moins coûteuse pour les finances publiques depuis les années 70 - par opposition aux politiques de baisse des cotisations sociales patronales sans obligations de contreparties pour les employeurs, comme l‘actuel « pacte de (ir)responsabilité » dans lequel le gouvernement met naïvement et stupidement tous ses espoirs. Sans oublier également que cette RTT doit et peut être pensée comme un des axes centraux d’un projet sociétal  pour une société post-productiviste mettant en son cœur le lien social. Bref, des conclusions fondamentales qui, s’il en était besoin, illustrent un peu plus les inspirations rétrogrades et anachroniques de la politique de l’offre du gouvernement Valls et de toutes les forces politiques de France et de Navarre anti-RTT


____________________


(1)Fête du Travail et éloge des 35 heures
(2) Lire également dans les colonnes de Médiapart : « Les 35 heures, c'est un pacte de responsabilité qui a réussi »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale