Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2010

La crise des dettes souveraines en Europe : continuité dans l’absurde…

 Avec les difficultés récentes de l‘Irlande dans la gestion de sa dette publique, la crise des dettes souveraines dans la zone euro s’invite à nouveau à la table de l’actualité économique. 

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec les difficultés récentes de l‘Irlande dans la gestion de sa dette publique, la crise des dettes souveraines dans la zone euro s’invite à nouveau à la table de l’actualité économique. Rien d’étonnant (cf. mon billet : Trente ans d 'oppression néolibérale au service d'une minorité de privilégiés......... ça suffit ! ) ....et sombres perspectives car elle ne pourra que s'aggraver au cours des prochaines années eu égard, d'une part à l’accentuation des orientations budgétaires restrictives des pays de la zone euro, d'autre part au durcissement annoncé des critères de Maastricht en termes de limitation du déficit public en % du PIB. 

Rappel de deux leçons de base de tout manuel de politique économique et clairement illustrées depuis le New Deal.....

Leçon n°1 : tout accroissement du déficit budgétaire financé par emprunt et/ou par création monétaire se traduit, au-delà de son effet expansionniste sur l'activité économique et l'emploi, par une réduction du déficit, via l'augmentation des recettes fiscales et parafiscales induites par la croissance. Et je rappelle que les marges de manoeuvre existent au niveau européen pour une relance budgétaire concertée, avec un budget européen seulement égal à 1 % du PIB européen. Inversement, dans une conjoncture déjà fortement ralentie, les mesures de réduction du déficit creusent le déficit et dégradent un peu plus la situation de l'emploi, via l'enclenchement d'un cercle vicieux par une insuffisance de la demande.

Leçon n°2 : il y a deux façons de réduire un déficit public, la réduction des dépenses publiques et/ou l'augmentation des recettes (impôts et/ou cotisations sociales). La première, celle adoptée par les pays de la zone euro, est un choix politique clairement orienté en faveur du recul de la protection sociale et du Welfare-State.....c'est l'option néolibérale qui s'accroche au pouvoir, et au service des intérêts d’une minorité, celle à qui profite le crime ! La seconde pourrait contribuer, par l'intermédiaire d'une fiscalité plus redistributive, combinant notamment plus de progressivité de l'impôt sur le revenu et de prélèvements sur les revenus du capital, à la réduction des inégalités économiques et sociales.

En final, les politiques budgétaires d'austérité vont creuser un peu plus les déficits en voulant les réduire, non seulement à court et moyen termes par les enchaînements vicieux liés à la demande ( leçon n°1), mais bien pire encore, à long terme aussi, en raison de la façon dont nos décideurs publics ont décidé de les réduire (leçon n°2) : la réduction des dépenses publiques met en effet dangereusement en péril la cohésion sociale, pourtant facteur fondamental des "équilibres harmonieux" du long terme de toute société développée.......et donc de son économie !!!

...........John Maynard Keynes qui n’est donc pas mort, vous l’avez bien compris, disait pour recadrer la temporalité de son analyse : « A long terme, nous serons tous morts.»……..Question indécente mais pertinente : même les néolibéraux ?….

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis