Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2013

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Lorsque la finance gangrène la productivité…..

Il n’est point besoin d’études scientifiques approfondies pour se convaincre des effets pervers de la financiarisation démesurée de nos économies qui a accompagné la mondialisation néolibérale à partir du début des années 80. Le constat récurrent de l’éclatement de bulles de crédits et de celles du prix des actifs qu’elles nourrissent, avec des ondes de choc de plus en plus violentes pour l’économie mondiale, comme en témoignent celles de la crise financière des subprimes de 2008, se suffirait presque à lui-même.

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n’est point besoin d’études scientifiques approfondies pour se convaincre des effets pervers de la financiarisation démesurée de nos économies qui a accompagné la mondialisation néolibérale à partir du début des années 80. Le constat récurrent de l’éclatement de bulles de crédits et de celles du prix des actifs qu’elles nourrissent, avec des ondes de choc de plus en plus violentes pour l’économie mondiale, comme en témoignent celles de la crise financière des subprimes de 2008, se suffirait presque à lui-même. Pour autant, il demeure utile d’essayer de quantifier des seuils critiques de cette financiarisation, sachant qu’au-delà de ces niveaux, la finance, au lieu de servir l’économie réelle comme elle doit et peut le faire (mise en relation efficace des agents à besoin de financement avec ceux à capacité de financement, et saine gestion des risques par une distribution adaptée du crédit stimulant à la fois investissement, créations d’entreprise et innovation), se retourne finalement contre elle. C’est précisément le but d’une étude économétrique fort intéressante menée récemment, en juillet 2012, par deux économistes de la Banque des règlements internationaux (BRI), Stephen G. Cecchetti et Enisse Kharroubi (1).
Deux seuils critiques ont ainsi été mis en évidence de façon significative d’un point de vue statistique, si l’on en juge par la robustesse des équations obtenues sur un échantillon de 21 pays de l’OCDE pour la période 1980-2009. Lorsque le montant des crédits dépasse la valeur du PIB (i.e. un ratio des crédits rapportés au PIB supérieur à 100 %) ou si la part de l’emploi dans le secteur financier dépasse les 4 % de l’emploi total, alors on peut parler d’hypertrophie de la finance. Les gains de productivité du travail par tête seraient dès lors affectés négativement par de multiples canaux, en particulier par le détournement d’un capital humain qualifié vers les « métiers » de la finance attiré par l’explosion des rémunérations dans ce secteur durant les trois dernières décennies, et cela au détriment des autres secteurs d‘activités de l‘économie réelle, impactant du même coup la dynamique générale de l‘innovation autre que financière (2). Concernant le premier indicateur, il est à noter que les économistes du Fonds monétaire international parviennent à la même conclusion avec un intervalle critique allant de 80 % à 100 %. En ce qui concerne le second indicateur, le graphique ci-joint, repris de l’étude, montre la relation croissante puis décroissante entre part de l’emploi dans la finance (en abscisses) et rythme des gains de productivité (en ordonnées), avec un point de retournement situé à 4 % pour le poids du secteur financier dans l’emploi total (la courbe en rouge donne l’ajustement économétrique).
Comme le notent les experts de la BRI, l’expansion hypertrophique de la finance, ainsi mesurée, a eu un coût non négligeable, notamment pour des économies comme l’Irlande ou l’Espagne ayant connu une croissance économique forte avant la crise, mais essentiellement portée par la bulle du crédit immobilier dont on sait ce qu‘il en est advenu. Ainsi, sur la période 2005-2010, l’étude montre que si le poids du secteur financier n’avait pas poursuivi sa hausse mais était resté stable dans ces deux pays, la productivité du travail aurait alors beaucoup moins baissé, avec un différentiel (par rapport au scénario de la stabilité) de 0,6 point de pourcentage pour l’Espagne et de 1,4 point pour l’Irlande.        
Bien au-delà des résultats de cette étude, s’il est utile de rappeler qu’un système bancaire et financier efficace et régulé par les pouvoirs publics est indispensable au bon fonctionnement de l’économie réelle, alors force est de constater que le triomphe du capitalisme financier depuis le début des années 80 l’a détourné de son cœur de métier, pour servir en premier lieu les intérêts d’une oligarchie bien éloignés de l‘intérêt général, avec en sus les graves risques systémiques pour l‘économie mondiale que laisse encourir une finance dérégulée ayant pris le pouvoir sur……….le politique (3).


_____________________
(1) Pour accéder à cette étude, activez le lien suivant :  http://www.bis.org/publ/work381.pdf
(2) Consulter sur le sujet les travaux de référence de Thomas Philippon et Ariell Reshef :  http://pages.stern.nyu.edu/~tphilipp/papers/pr_rev15.pdf
(3) Lire le brillant article Le pouvoir de Wall Street d’Adrien Auclert : http://www.laviedesidees.fr/Le-pouvoir-de-Wall-Street.html

__________________________________________

Mise à jour du 14/09/2015 :

Les études se suivent et se ressemblent sur la mise en évidence des effets pervers d’une expansion excessive de la finance. La dernière étude empirique de l’OCDE sur le sujet, portant sur les cinquante dernières années, montre qu’une expansion exagérée des banques et des marchés financiers s’accompagne également d’un ralentissement de la croissance économique et d’une progression des inégalités de revenus. Même si on aurait aimé, en lisant cette étude, disposer d’une taille critique à ne pas dépasser pour un pays, pour mieux se rendre compte que bon nombre de pays de l’OCDE ont certainement dépassé le seuil critique, il n’en reste pas moins que les économistes de l’OCDE nous livrent, là, des arguments empiriques solides pour une impérieuse régulation de la finance devenue prédatrice pour l'économie réelle, dans le cadre d'un capitalisme actionnarial et de la rente.   
Chemin numérique pour accéder à cette étude "Finance and inclusive growth" :
http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/5js06pbhf28s.pdf?expires=1442136304&id=id&accname=guest&checksum=BF5B868C78EAD6F31ABA3DC11FC9B85E

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt