Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2017

La mobilité sociale est tombée en panne

Après une phase de progrès durant les Trente Glorieuses, au demeurant modestes, l’ascenseur social au sein de la société française s'est figé depuis une vingtaine d'années. Résumé des évolutions majeures de la mobilité sociale en France depuis le début des années 50.

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'agit ici d'un résumé de l'article "La mobilité sociale est tombée en panne", disponible dans le numéro de mars 2017 d'Alternatives Économiques, n°366. On peut le lire en ligne sur le site de la revue d'Alternatives Economiques en activant le lien ici.  

*

Dans nos sociétés démocratiques fondées sur le principe d’égalité des droits, l'égalité des chances à la naissance est un leurre, les statuts sociaux étant acquis dans le cadre d’une compétition scolaire et sociale "non libre et faussée", faisant la part belle à l’hérédité sociale dans le destin des individus. Pour autant, l'intensité de l'inégalité des chances et de la reproduction sociale qui lui est associée peut évoluer dans le temps. Qu'en est-il pour la France depuis le début des années 50 ?

L'étude de la mobilité sociale intergénérationnelle, à partir des tables de mobilité fournies par l'Institut national de la statistique et des études économiques, permet de rendre compte de cette question, en comparant la position sociale des enfants à celle de leurs parents. La notion de mobilité sociale intergénérationnelle est complexe. Il faut tout d'abord distinguer les flux de mobilité ascendante des flux de mobilité descendante. Par ailleurs, il est nécessaire de distinguer dans les flux de mobilité observée (mobilité brute), ceux "contraints" qui relèvent des transformations structurelles économiques ou socio-démographiques (la mobilité structurelle) - par exemple l'impact de la modernisation de l'agriculture sur la raréfaction des emplois dans l'agriculture expliquant pour une part la mobilité sociale des enfants d'agriculteurs - du reste des autres flux (mobilité nette). Les premières études sociologiques sur le sujet interprétaient l'évolution de cette mobilité nette comme un indicateur des progrès réalisés en termes d'égalité des chances à la naissance. Néanmoins, les sociologues lui préfèrent maintenant la notion plus pertinente de fluidité sociale, mesurée à partir des "rapports de chance" d'accès aux différentes positions sociales (odds ratios en anglais). Par exemple, si l'on s’intéresse à la situation respective des enfants d'ouvriers et des enfants de cadres, le rapport de probabilités se lit de la façon suivante : les enfants de cadres ont, statistiquement parlant, X fois plus de chances que les enfants d’ouvriers de devenir cadre plutôt qu'ouvrier.

Les principaux résultats de la compilation des tables de mobilité masculine, établies depuis 1953, sont présentés de façon synthétique par le tableau suivant.

Le premier constat fait état d'une amélioration durant les Trente Glorieuses. On notera le rôle important de la mobilité structurelle dans la hausse de la mobilité sociale, en lien, entre autres, avec la tertiarisation de l'économie entraînant une progression importante des emplois qualifiés de cadres et mettant  les générations nées avant 1955 dans une situation très favorable sur le marché du travail. La démocratisation scolaire des années 1970 et 1980 va permettre, quant à elle, de réduire certaines inégalités scolaires, notamment celles concernant l’accès au baccalauréat (près de 80 % d'une génération obtiennent le BAC aujourd'hui contre moins de 20 % au début des années 70), contribuant ainsi à rendre plus fréquentes les trajectoires de mobilité ascendante pour les jeunes de pères ouvriers ou employés.

Le tableau s'assombrit en revanche depuis une vingtaine d'années sous l'influence de la dégradation de la situation de l'emploi (développement du chômage de masse et précarisation de l'emploi) et des effets de la mondialisation en termes de dualisme sociétal : diminution depuis le milieu des années 80 du ratio mobilité ascendante/mobilité descendante selon les travaux du sociologue Louis-André Vallet (1), déclassement scolaire (défini comme la dévalorisation du titre scolaire) selon la chercheuse Marie Duru-Bellat (2), spirale du déclassement selon le sociologue Louis Chauvel (3), stabilisation à un niveau encore élevé du "rapport de chances" entre enfants de cadres et enfants d’ouvriers (en 2012, un fils de cadre avait ainsi près de trente fois plus de "chances" qu’un fils d’ouvrier de devenir cadre plutôt qu’ouvrier), etc.

En conclusion, les évolutions de long terme de la mobilité sociale en France depuis le début des années 50 font apparaitre des progrès bien modestes vus sous le double angle, d'une part, du lien entre l'origine et la destinée sociale et, d'autre part, du déterminisme social dans la réussite scolaire qui reste encore élevé (plus de 20 % des enfants d'ouvriers et d'employés sortent du système scolaire sans diplôme contre seulement 7 % des enfants de cadres), avec l'émergence de nouvelles dynamiques ces deux dernières décennies favorables aux forces de la reproduction sociale.

___________________

(1) Voir "Mobilité observée et fluidité sociale en France de 1977 à 2003", par Louis-André Vallet, Idées économiques et sociales no 175, mars 2014, et "Quarante années de mobilité sociale en France. L’évolution de la fluidité sociale à la lumière de modèles récents", Revue française de sociologie no 1, 1999.

(2) Voir L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Le Seuil, 2006.

(3) Voir La spirale du déclassement, par Louis Chauvel, Le Seuil, 2016. Fiche de lecture disponible ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat