Gain ou perte de pouvoir d’achat ?...... Le verdict de la calculette.

Vous avez certainement pu remarquer que notre président de la République est déjà en campagne présidentielle depuis plusieurs mois. Il a commencé par agiter le chiffon sécuritaire, et maintenant, du «haut» de ses «bouffonneries» démagogiques, il nous la rejoue sur le thème du pouvoir d’achat, avec toujours la même fumisterie populiste et la même indécence, cette fois avec la prime sur les dividendes pour une partie des salariés du secteur privé.

Vous avez certainement pu remarquer que notre président de la République est déjà en campagne présidentielle depuis plusieurs mois. Il a commencé par agiter le chiffon sécuritaire, et maintenant, du «haut» de ses «bouffonneries» démagogiques, il nous la rejoue sur le thème du pouvoir d’achat, avec toujours la même fumisterie populiste et la même indécence, cette fois avec la prime sur les dividendes pour une partie des salariés du secteur privé. Non seulement une telle prime passe à côté de la priorité première de revaloriser l’ensemble des salaires, y compris ceux de la fonction publique, mais de surcroît fait aussi l’impasse sur le pouvoir d’achat des revenus de transfert (retraites, indemnités chômage, etc.). Bref, on l’aura bien compris, de la communication électoraliste et rien que cela !

Dans le cadre annuel ou trimestriel de la comptabilité nationale de l‘Insee, la statistique publique donne des évolutions de pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages (RDB, (1)). Bien qu’intéressantes, ces évolutions globales sont largement insuffisantes, car elles ne mettent pas en évidence les inégalités en la matière entre les différentes tranches de revenus (cf. l’article de Marie-Anne Kraft : «POUVOIR D'ACHAT : le scandale des chiffres !»). On comprend, dans ces conditions, le décalage entre l’affichage de gains de pouvoir d’achat pour l‘ensemble des ménages, y compris ces trois dernières années ( hausse de 1,2 % du pouvoir d‘achat du RDB des ménages en 2010, après 1,6 % lors de la récession de 2009 et 0,3 % en 2008), et la perception que chacun d’entre nous peut en avoir. Dans le contexte actuel d’une reprise de l’inflation avec l‘envolée des prix matières premières alimentaires et de l‘énergie, ce décalage que l’on peut mesurer à travers les enquêtes d’opinion ,est de plus en plus important.

Si chacun d’entre nous a une vision plus ou moins précise de l’évolution de son pouvoir d’achat, paradoxalement, pour la grande majorité des citoyens, le chiffrage de cette évolution relève du mystère. Je vous propose d'en lever le voile pour que vous puissiez par vos propres moyens calculer très simplement et rapidement l’évolution de votre pouvoir d’achat, en ayant une maîtrise élémentaire sur vos calculs. Commençons par une définition de base : le pouvoir d’achat d’une certaine somme monétaire (salaires, dividendes, intérêts, loyers, RDB,…., argent de poche pour nos plus jeunes,etc.) est la quantité de biens et services que l’individu détenteur de cette somme peut se procurer, compte tenu du niveau des prix observés à un moment donné (le «niveau général des prix»). Formellement, l’évolution du pouvoir d’achat en % est donc très simplement un taux de variation appliqué à cette quantité sur la période de temps étudiée. Elle dépend, dès lors, simultanément de l’évolution nominale du revenu pris en compte et de celle des prix (2). Si la définition est rigoureuse, il n’en demeure pas moins qu’ilne peut exister de mesure parfaite de l’évolution du pouvoir d’achat, car la construction d’un indicateur statistique lui aussi parfait de la variation du niveau des prix à la consommation des ménages est proprement impossible. Pour «approcher» l’évolution des prix, le plus simple est de composer avec les moyens disponibles offerts par la statistique publique, et donc d’utiliser l’indicateur synthétique de référence publié régulièrement par l‘Insee, celui de l’indice des prix à la consommation.Enfin, en partant de la définition formelle du pouvoir d’achat, on en déduit, pour le calcul concret de l’évolution du pouvoir d’achat, que le coefficient multiplicateur associé à cette évolution est égal au rapport entre le coefficient multiplicateur du revenu et celui des prix (3). Une fois ce coefficient multiplicateur calculé, on passe alors à la détermination du taux de variation par la relation arithmétique simple qui existe entre ces deux éléments (4).

Les calculettes sont-elles prêtes ?…..alors on y va !… vous souhaitez calculer le gain ou la perte de pouvoir d’achat en % de votre salaire net sur un an ? En première approche rapide, on peut raisonner en glissement annuel (comparaison des niveaux en fin d’année), mais une approche plus satisfaisante consiste à faire les calculs sur les moyennes (raisonnement dit «en moyenne annuelle» à partir de la moyenne calculée au cours des douze derniers mois). On se contentera de l’approche rapide pour la clarté de l'exposé : par exemple, votre salaire mensuel net est passé de 1300 euros à 1320 euros sur les douze derniers mois entre mars 2010 et mars 2011. Commencez par calculer le coefficient multiplicateur de votre salaire, soit 1,015 obtenu par (1320/1300) ; allez récupérer sur le site de l’Insee l’évolution de l’indice des prix à la consommation sur les douze derniers mois, soit une inflation de 2 % ( http://www.insee.fr/fr/indicateurs/ind29/20110413/IR_03_11.pdf; en déduire le coefficient multiplicateur associé à l’évolution des prix sur la période, soit 1,02 obtenu par (1+0,02) ; vous obtenez ensuite le coefficient multiplicateur associé à l’évolution du pouvoir d’achat de votre salaire net, soit 0,995 obtenu par (1,015/1,02)……pour enfin connaître le verdict final : (0,995 - 1) = - 0,005, soit une perte de pouvoir d’achat de 0,5 %. On peut faire beaucoup plus rapide, mais il faut savoir qu’il s’agit alors d’une méthode de calcul approchée, au demeurant très utile et satisfaisante pour des variations relatives en % de petit montant : variation en % du pouvoir d’achat du salaire = variation en % du salaire - variation en % de l’indice des prix. Dans notre exemple où les variations en % sont de faible montant, avec une progression de 1,5 % du salaire net et une hausse des prix à la consommation de 2 %, on retrouve bien le résultat précédent : (1,5 % - 2 % ) = - 0,5 %.

En approche plus sophistiquée (mais plus lourde !), il est bien évidemment plus judicieux de raisonner , non pas à partir de votre seul salaire net, mais de votre revenu disponible brut (RDB), et de prendre aussi en compte la structure de votre ménage (pour obtenir un revenu par unité de consommation (5)) ainsi que la part des dépenses «pré-engagées» (pour obtenir un revenu «arbitrable» (6)). Des sites vous proposent de faire les calculs à votre place pour cette version plus complète, mais comme on est toujours mieux servi que par soi-même, osez «taquiner» la calculette avec la version «soft» sur la base de votre rémunération principale, notamment pour des évolutions de moyenne période (par exemple, 2008-2010) ou de longue période( par exemple, sur les dix dernières années ou depuis le début des années 80) (7)……..si vous faîtes partie des fractions de revenus des plus faibles de la population, alors je crains fortement que la courbe représentant l’évolution de votre pouvoir d’achat diffère sensiblement vers le bas de celle du pouvoir d'achat du RDB de l’ensemble des ménages présentée dans le graphique ci-dessous. …..A vos calculettes ! 

 

Évolution du pouvoir d’achat du RDB de l’ensemble des ménages en France.

graph1_1.png

Lecture : l'évolution des prix correspond à celle de l'indice de prix de la dépense de la consommation finale. 

Source : Comptes nationaux - Base 2000. 

 

-----------------------------------------

(1) RDB = revenus bruts d’activité et de la propriété + revenus de transfert - prélèvements obligatoires.

(2) Si P désigne le niveau général des prix, le pouvoir d’achat du RDB est donc égal à RDB/P. L’évolution du pouvoir d’achat du RDB dépend donc des évolutions respectives du RDB et de P. On peut ainsi observer une baisse du pouvoir d’achat si le revenu augmente moins vite que les prix, et une hausse si le revenu diminue moins fortement que les prix. Et on peut aussi avoir une baisse du RDB et une augmentation des prix……Nos 8 millions de pauvres sont bien renseignés en la matière !

(3) Le coefficient multiplicateur (noté CM) associé à l’évolution relative d’une variable est le rapport entre la valeur observée de cette variable en fin de période étudiée (notée VA) et celle de début de période (notée VD) : CM = (VA/VD). Ainsi, par exemple, si votre salaire passe de 1500 euros à 1600 euros sur la période observée, le coefficient multiplicateur associé à l’évolution relative du salaire est de 1,067 (obtenu par 1600/1500).

(4) En notant TV le taux de variation, on établit alors la relation arithmétique suivante entre TV et CM : TV = (CM -1). Je rappelle que TV = (VA-VD)/VD.

(5) Pour tenir compte de la taille et de la composition du ménage, l’Insee mesure un revenu corrigé par unité de consommation (UC), en adoptant l’échelle internationale de référence de l’Ocde : 1 UC pour le premier adulte du ménage ; 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.

(6) Le revenu arbitrable est le revenu hors dépenses dites «pré-engagées» définies comme les dépenses qui sont réalisées dans le cadre d'un contrat difficilement renégociable à court terme ( les dépenses liées au logement, à l’eau, au gaz, à l’électricité, aux assurances, aux services de télécommunications, etc.).

(7) La méthode est la même que sur une année, la seule complication préalable nouvelle est qu’il vous faut vous-même calculer le taux d’inflation sur toute la période étudiée à partir des glissements annuels ou des moyennes annuelles de l’indice des prix. Dans une perspective de comparaison avec le chiffrage de l'évolution du pouvoir d'achat du RDB de l'ensemble des ménages (cf. graphique ci-dessus), il est préférable de raisonner en moyenne annuelle et de prendre le déflateur utilisé par les comptables nationaux, à savoir l'indice de prix de la dépense de la consommation finale des ménages. Ainsi , si vous souhaitez faire un calcul sur la période 2008-2010, la variation des prix obtenue à partir de l'évolution de l’indice de prix de la dépense de la consommation finale ayant été pour les années 2008, 2009 et 2010 de respectivement + 2,9 %,  - 0,6 % et de + 1,2 %, vous obtenez un coefficient multiplicateur pour les prix de 1,035 (obtenu en faisant 1,029x0,994x1,012), soit un taux d’inflation de 3,5 % (1,035 - 1 = 0,035). Vous déroulez ensuite l’algorithme de calcul comme pour l’exemple à partir du salaire net pour obtenir le gain ou la perte de pouvoir d‘achat en % sur la période 2008-2010.….ou plus simplement par la méthode approchée, sauf si vous êtes PDG ou gros actionnaire d'une entreprise du CAC 40 !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.