Le cruel fléau de la faim dans le monde.....

Afin d'accélérer la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) pour 2015, les dirigeants de la planète se sont réunis en sommet à New York du 20 au 22 septembre.

Afin d'accélérer la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) pour 2015, les dirigeants de la planète se sont réunis en sommet à New York du 20 au 22 septembre. Aux côtés des bilans dressés sur les progrès réalisés par rapport à ces OMD ( réduction de la malnutrition et de la mortalité infantile, développement de l'éducation primaire, promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes, amélioration de la santé maternelle, lutte contre les maladies-sida et paludisme-, préservation de l'environnement et mise en place d‘un partenariat pour le développement), les statistiques de la « honte » pour les dirigeants actuels et du passé sont toujours aussi cruelles : le nombre de personnes affamées dans le monde est de 925 millions en 2010(......en légère baisse, nous précise t'on, par rapport au chiffre de 1,023 milliard en 2009). Et pour s'en convaincre un peu plus , selon la propre déclaration du Directeur général de la l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf : « Un enfant meurt toutes les 6 secondes de complications liées à la malnutrition. La faim demeure la plus grande tragédie au monde et un scandale. ». Une situation qui renvoie toujours à une extrême concentration géographique : les 2/3 des personnes sous-alimentées vivent dans 7 pays ( Inde, Pakistan, Indonésie, Bangladesh, Éthiopie, Chine, Congo) et pour 30 % en Afrique subsaharienne. 

De rappeler très brièvement les causes structurelles principales du « sous-développement » des pays du Tiers monde n'est jamais inutile pour entrevoir les chemins du développement : la colonisation déstructurante et appauvrissante dont ces pays ont été victimes ; le libéralisme imposé à ces pays au lendemain des indépendances par les grandes organisations internationales (GATT/OMC, FMI, Banque mondiale) ; les dictatures et la corruption qui se sont généralisées après les indépendances....avec la bénédiction des pays riches ex-colonisateurs; les cercles vicieux de la pauvreté, dont notamment le manque d'infrastructures de développement ( éducation, santé, transports,etc.), à la fois cause et conséquence de la pauvreté !

  .....................Comme c'est vraiment "très étrange", dans ce genre de sommet, si les débats et résolutions abordent la dernière cause, les autres causes (et donc la responsabilité historique des pays riches !) sont toujours passées sous silence......

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.