Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2014

Conférence de presse COCORICO de la Recherche française sur Ebola : où sont les autres européens ?

Yves Charpak
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet est lié au précédant (http://blogs.mediapart.fr/blog/yves-charpak/261014/fabrication-d-anticorps-anti-ebola-pour-les-africains-des-breches-dans-les-regles-de-securite-et-d) ,à propos de mes questions sur l’utilisation éventuelle d’anticorps de convalescents de la maladie Ebola après « purification du plasma par l’EFS», l’Etablissement Français du Sang : plusieurs journaux avait rapporté cette formulation à la suite de la conférence de presse de notre nouveau « monsieur Ebola » (http://www.gouvernement.fr/partage/2153-le-gouvernement-renforce-l-organisation-interministerielle-face-a-la-crise-ebola)

 Mon billet m’a valu une mise au point informelle de quelqu’un de l’EFS : en réalité, le projet évoqué concerne bien l’utilisation de plasma de malades convalescents, et pas une fraction du plasma qui serait traité industriellement… La différence est de taille, car dans le premier cas c’est bien un établissement de transfusion qui opère (l'EFS) et dans le deuxième cas c’est forcément un établissement pharmaceutique. Et l’EFS est effectivement intégré dans un projet de recherche Européen, piloté par l’excellent centre de médecine tropicale d’Anvers, avec des financements de l’Union Européenne (2,9 millions €) et du Wellcome Trust, grosse fondation de recherche privée de nos voisins anglais, qui « apportera un soutien supplémentaire en faveur de cette collaboration internationale inédite entre les secteurs public, privé et à but non lucratif afin d'enrayer l'épidémie d'Ebola ». http://www.itg.be/itg/GeneralSite/Default.aspx?L=F&WPID=688&MIID=637&IID=392

 L’erreur m’a conduit a investiguer un peu plus loin ce qui a été proposé aux journalistes, en particulier dans le dossier officiel de la conférence de presse (http://www.aviesan.fr/fr/mediatheque/fichiers/version-francaise/actualites-fr/dossier-presse-aviesan-ebola-vdef) : rien n’est mentionné sur le sujet « plasma » en dehors du suivi d’une cohorte de convalescents. Pourquoi cette lacune concernant un projet paneuropéen où l’EFS et l’INSERM, mais aussi l’Institut Pasteur et d’autres institutions françaises sont aussi partenaires… mais pas pilotes ?

Les plus pessimistes diront que la réponse est peut-être contenue dans la question : la conférence de presse visait à démontrer l’implication très forte de la France en première ligne, et pas comme simple partenaire d’un ou plusieurs autre pays.

Dommage, car le projet est essentiel, même si les résultats arriveront un peu tard pour résoudre la crise immédiatement (mais on aura besoin de toutes les recherches thérapeutiques sérieuses dans le futur).

 Quand allons-nous enfin considérer sérieusement les partenariats européens plutôt que de croire que notre beau pays, par sa grandeur passée, pourra toujours tout résoudre sans les autres, nos voisins ?

Car en fin de compte, la seule coopération européenne mentionnée dans le dossier de presse est celle du laboratoire P4 de Lyon avec des chercheurs allemands, ne « mettant pas en danger » sa visibilité internationale très forte et légitime.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart