YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

648 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 févr. 2015

Le Prix à payer

 Le film Le Prix à payer, de Harold Crooks, qui sort en salle le 4 février, s'attaque à l'évasion fiscale. Et aux paradis fiscaux. Lors d'une audience du Congrès américain, la présidente du Comité des comptes publics, s'adressant aux dirigeants de Google, Amazone, Apple et des grandes banques internationales, qui en rabattent de leur superbe, lâche : "Nous ne vous accusons pas d'être illégaux, mais d'être immoraux".

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le film Le Prix à payer, de Harold Crooks, qui sort en salle le 4 février, s'attaque à l'évasion fiscale. Et aux paradis fiscaux. Lors d'une audience du Congrès américain, la présidente du Comité des comptes publics, s'adressant aux dirigeants de Google, Amazone, Apple et des grandes banques internationales, qui en rabattent de leur superbe, lâche : "Nous ne vous accusons pas d'être illégaux, mais d'être immoraux".

 Et lorsqu'elle demande au représentant de Google, qui était jusqu'alors tout sourire : "et aux Bermudes, on produit quoi ?", il faut voir la tête de ce dirigeant, déconfit, devant les caméras de télévision.

Ce film est un acte d'accusation terrible à l'encontre de ces multinationales dont la pratique de l'évasion fiscale instituée "creuse l'écart des revenus entre les privilégiés et le reste du monde, appauvrit les classes moyennes, et affaiblit les fondations de nos sociétés" (1). Lors d'une audience au Parlement britannique, un dirigeant de la Barclays Bank est incapable de dire combien de filiales son groupe possède dans les Iles Caïmans. C'est le député qui l'annonce : 181. Et l'on apprend que 1000 milliards de dollars sont ainsi camouflés dans ces seules fameuses îles. Et combien ailleurs ? Un ancien chef économiste du cabinet McKinsey l'évaluait à 26 000 milliards de dollars, soit dix fois le PIB de la France (Le Monde du 23 juillet 2012). Et on sait qu'Antoine Peillon estime que 600 milliards d'euros manquent à la France (titre de son livre dans lequel il indiquait que 150 à 200 000 hyper-riches, ayant un patrimoine supérieur à 10 millions d'euros, sont exilés fiscaux).

Extrait du film : "Nous ne vous accusons pas d'être illégal... mais immoral" [capture d'écran]

Thomas Piketty, interviewé dans Le Prix à payer explique que ces pratiques ont conduit à une baisse des impôts et à un accroissement considérable des inégalités. Harold Crooks note dans son documentaire que la durée moyenne de détention d'une action est passée, entre 1940 et 2015, de 7 ans à 22 secondes.

La fiscaliste canadienne, Brigitte Alepin, auteur d'un best-seller Ces riches qui ne paient pas d'impôts en 2003, coscénariste du film (son dernier livre La Crise fiscale qui vient a inspiré le documentaire), a été interviewée dans l'émission On n'arrête pas l'éco de Marion L'Hour le 31 janvier.

Elle accuse clairement ces pratiques fiscales d'être la cause de la crise des finances publiques. Elle estime également qu'il y a "un certain conflit d'intérêt" quand on voit qu'un Jean-Claude Junker, coupable d'avoir incité à l'évasion fiscale, est chargé de "moraliser" la situation. Et elle cite d'autres coupables. Cependant, optimiste, elle pense que les choses changent, et que des grandes organisations auraient pour agenda d'assainir ce dossier et le disent "de façon très claire". L'Ocde aurait déjà pris des décisions qui "mettraient en avant les intérêts du grand public". A voir. Est-ce qu'étaler publiquement le crime commis par ces oligarchies l'empêche vraiment de perdurer ?

 _____

(1) Cité par Challenges du 30 janvier.

 [Plusieurs films, qui n'ont rien à voir avec celui-là, ont pour titre "le prix à payer". Y compris avec Christian Clavier ! Ne pas confondre]

"Nous sommes les 99 %", manifestation devant la Chase Bank à Now York [extrait du film]

Billet n°174

Billets récemment mis en ligne sur Social en question :

Inégalités sociales : nouvelles du front (Social en vrac n° 37)

Pardonnez-nous notre silence (à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz)

Lutter contre la "séparation" sociale

Appel à la fraternité

La presse bâillonnée : un dessin de Cabu

Vivre à la rue est mortel

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

@YvesFaucoup

 [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger  
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B