YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2012

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Contribution à la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir communiqué au Ministère des Affaires sociales le texte paru sur ce blog sur la Réfondation de l'action sociale, j'ai reçu du chef de cabinet de Marisol Touraine la proposition de transmettre une contribution aux groupes de travail préparatoires à la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale qui se tient à Paris les 10 et 11 décembre 2012. Cette contribution, reproduite ci-dessous, porte plus précisément sur le groupe de travail intitulé « Accès aux droits et aux biens essentiels, minima sociaux »

Je ne souhaite pas reprendre ici tout ce que de nombreux rapports d’organismes officiels (INSEE, ONPES, CNLE, ODAS, IGAS, CNAF, UNCCAS, Ministères et Centre d’études de l’emploi) ou caritatifs (Secours catholique, Secours populaire, Restos du Cœur, ATD, Croix-Rouge Française, Emmaüs) ont constaté sur l’augmentation de la pauvreté et sur l’enkystement de cette pauvreté.

Ceux qui militent pour une meilleure prise en considération des plus démunis, reconnaissent l’importance de mesures sociales telles que les emplois d’avenir ou les contrats de génération, parallèlement à des décisions économiques qui pourraient atténuer la gravité des effets de la crise financière et économique.

Mais il y a urgence. Face à la récession, à la hausse continue du chômage, ceux qui n’ont plus de revenus hormis ceux de l’assistance, doivent pouvoir compter sur le gouvernement pour que leur sort ne soit pas aggravé, et soit, si possible, amélioré.

Quelques propositions :

      1. La classe politique ne doit pas mépriser les plus pauvres avec des discours indignes sur l’assistanat (qui à la fois nient la nécessité des mesures d’assistance et rendent leurs bénéficiaires responsables de leur situation). 

     2. Le RSA devrait être réservé à ceux qui n’ont plus de ressources. Le RSA activité, prévu par la loi de 2008, devrait être supprimé : il fait   basculer dans l’assistance des salariés, certes peu payés, mais qui rechignent à venir demander cette aide. Cette suppression devrait être compensée par un système fiscal à l’envers, permettant aux intéressés de percevoir une allocation (du type de la prime à l’emploi).

    3. Les minima sociaux ne permettent pas de vivre : leur niveau si bas incite au travail au noir ou à la mendicité. 417,94 € par mois pour le RSA socle (une fois déduit le forfait logement) est une somme dérisoire. Une augmentation des minima sociaux s’impose : les propositions d’augmentation de 25 % d’ici la fin du quinquennat ne sont pas suffisantes. Par ailleurs, le montant des minima sociaux devrait être établi en tenant compte des besoins, et donc en prévoyant un reste à vivre (et non en fonction d’un pourcentage abstrait d’une somme de référence).

    4. Prévoir un dispositif RSA jeunes qui permette à davantage de jeunes d’en bénéficier (réduire la durée de travail exigée par exemple).

    5. Faire en sorte que l’implication des pouvoirs publics dans la lutte contre l’exclusion, dans l’aide aux plus démunis, soit portée à la connaissance du public. On ne peut laisser croire à la population que l’action menée n’est assurée que par les associations caritatives, quelque soit par ailleurs le rôle important qu’elles jouent dans le dispositif. Le Ministère des Affaires sociales pourrait non seulement coordonner au niveau national les informations qui émanent des Départements et des Communes (ce que l’Assemblée des Départements de France ne fait pas) mais inciter ces derniers à faire connaître publiquement les actions engagées, parfois innovantes, par ces collectivités, avec leurs fonctionnaires mobilisés aux côtés des usagers. Il serait nécessaire, ainsi, que soit facilitée la possibilité pour les médias de se faire l’écho des témoignages des professionnels du social.

   6. Renforcer, par la loi, les modalités de participation des « bénéficiaires » de minima sociaux dans les instances qui traitent de leur situation (comme cela a été réfléchi au sein du Ministère des Affaires sociales et comme cela a été amorcé avec la participation des bénéficiaires du RSA dans les équipes pluridisciplinaires).

   7. De façon générale, il est souhaitable qu’à l’occasion de cette conférence de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, un appel soit lancé pour une forte mobilisation de tous les acteurs de l’action sociale, afin que l’on dépasse une gestion parfois trop administrative pour atteindre un engagement quasiment militant. Ce qui n’a pu avoir lieu après la victoire de la gauche en 1981 (les promesses que laissait entrevoir l’adresse de Nicole Questiaux du 28 mai 1982 aux professionnels du social sont restées sans lendemains) pourrait enfin se réaliser dans le cadre d’une réelle mobilisation des différents intervenants sociaux (y compris les usagers) en vue d’une véritable refondation de l’action sociale.

Yves Faucoup

Enseignant et consultant dans le domaine de l’action sociale et du développement social local. Ancien directeur d’un centre de formation de travailleurs sociaux. Ancien directeur de l’action sociale d’un Département.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier