YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 juin 2012

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Martin Hirsch : achever le RSA ?

 Martin Hirsch vient de se rappeler au bon souvenir de la gauche, victorieuse le 6 mai, en proposant, dans un texte publié dans Les Echos du 5 juin, de ne pas toucher au SMIC mais de « donner un coup de pouce au RSA ».

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Martin Hirsch vient de se rappeler au bon souvenir de la gauche, victorieuse le 6 mai, en proposant, dans un texte publié dans Les Echos du 5 juin, de ne pas toucher au SMIC mais de « donner un coup de pouce au RSA ».

On comprend à la lecture de l’article qu’il s’agit du « RSA activité », c’est-à-dire du RSA versé aux salariés à temps partiel ou percevant un faible salaire et ayant charge de famille. Il écrit : « le revenu de solidarité active, justement conçu pour améliorer les ressources des salariés modestes sans peser sur le coût du travail ». Aveu pour une réforme qui n’a rien apporté à ceux qui, sans ressources, ne perçoivent que le RSA (dit « RSA socle » c’est-à-dire  l’ancien RMI). Chaque fois qu’il en a débattu, Martin Hirsch s’est toujours bien gardé de le préciser.

La loi du 1er décembre 2008 a renforcé « l’assistanat » puisqu’elle a prévu un revenu d’assistance pour ceux qui sont mal payés (économie pour les employeurs) et une prolongation du revenu minimum sans limite de durée pour ceux, qui sans activité, retrouvent du travail (le RMI prévoyait déjà un intéressement à la reprise du travail mais limité dans le temps). En orientant la grande majorité des bénéficiaires du RSA sur Pôle Emploi (ce qui en soi était plutôt une bonne idée), elle a cassé l’accompagnement social et professionnel que les Départements assuraient, sans que pour autant, faute de moyens, Pôle emploi prenne vraiment le relais. Ainsi, paradoxalement, un chef de l’Etat qui s’était fait élire sur un mot d’ordre de lutte contre l’assistanat et qui n’a cessé, par la suite, de fustiger les « assistés », a promulgué une loi d’extension des revenus d’assistance (1).

Martin Hirsch a annoncé le 17 avril dans le Monde qu’il voterait pour François Hollande, révélant que ce dernier l’avait régulièrement consulté depuis un an sur les questions de jeunesse, de pauvreté, de régulation des hauts revenus. Il ajoutait qu’il fallait « achever un RSA encore incomplet ». Formule maladroite, car s’il souhaite l’extension de sa créature, des chercheurs ont montré que le RSA a été mal conçu. Les bas salaires doivent être traités autrement que par un complément d’assistance (2). Plus de 8 millions de personnes, gagnant entre 1 et 1,6 SMIC, bénéficiaires de la prime pour l’emploi ont perdu du pouvoir d’achat « grâce à la réforme Sarkozy-Hirsch » (3).

Quand Martin Hirsch s’insurge, à la veille de l’élection présidentielle, contre le « discours sur le cancer de l’assistanat ou l’accusation des immigrés d’être responsables des déficits sociaux », il défend des valeurs tout à fait respectables. On lui accorderait alors bien volontiers le Bon Dieu sans confession. Sans doute que celui qui est tant cajolé par les médias, qui le présentent comme un homme intègre, défenseur de la veuve et de l’orphelin (4), cherche-t-il ainsi à faire oublier qu’il a servi un régime qui insultait, sans vergogne, les plus pauvres et trahissait les valeurs de solidarité de la République. Mais quand il cherche à se placer aujourd’hui auprès d’un gouvernement socialiste, qui a bien sûr du pain sur la planche pour réduire les inégalités et s’attaquer sérieusement au dossier des minima sociaux, il fait preuve d’un "opportunisme" choquant, stigmatisé par bon nombre d’observateurs.

Yves Faucoup

Ancien directeur de l’action sociale d’un Département, consultant et enseignant en action sociale

_____

(1) Tout le discours de l’UMP continue sur cette thématique contre l’assistanat (« qui payerait plus que le travail »), et donc contre tous ceux qui sont condamnés à percevoir des prestations de substitution faute d’emplois. Et ce malgré les démentis publics des services de Mme Bachelot lorsqu’elle était encore ministre (démonstration faite sur le site internet du ministère).

(2) Evelyne Serverin, Bernard Gomel, Le revenu de solidarité active ou l’avènement de droits incitatifs, titre neutre pour un rapport très critique :

http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/154-revenu-solidarite-active-avenement-droits-incitatifs.pdf

(3) Les mêmes auteurs avec Dominique Méda dans une opinion publiée par Le Monde du 21 avril 2012, Etendre le revenu de solidarité active est une fausse bonne idée !

(4) Tout en faisant l’impasse, d’ailleurs, sur le fait que, sous Nicolas Sarkozy, à la tête du Haut-commissariat aux Solidarités Actives, Martin Hirsch n’hésita pas à favoriser considérablement, en toute tranquillité, l’ANSA, l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives, qu’il avait créée avant d’être au gouvernement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey