YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

655 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 oct. 2016

Au Zénith de la mauvaise foi

Nicolas Sarkozy, lors de son show au Zénith dimanche, a ressorti ses incantations habituelles à l'encontre des victimes de la crise contraints à devoir solliciter l'assistance pour survivre. Il a cru pouvoir dénoncer l'élite, et a prétendu défendre et représenter le peuple, sans pour autant faire la moindre proposition sociale. Tout en prévoyant de supprimer l'impôt sur les grandes fortunes.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le peuple dans toute sa splendeur, juste avant de rependre le métro [Photo site de la campagne de Nicolas Sarkozy]

J'ai fait l'effort d'écouter l'intégralité du discours de Nicolas Sarkozy au Zénith (le 9 octobre devant 6000 fans), pour pouvoir, non pas en rendre compte (en général la presse l'a fait sur les points les plus marquants) mais pour me faire l'écho de ses propos sur une thématique que j'étudie particulièrement : celle de l'assistanat. Le bougre, il n'en a causé que vers la fin (son discours n'abordant quasiment que la question des populations issues de l'immigration).

Il en appelle à "une seule France", "dans laquelle tout le monde a des droits et tout le monde des devoirs" (cette phrase d'apparent bon sens est en fait idéologique : elle est inscrite dans la loi sur le RSA, et elle dit à ceux qui ont été jetés au bord de la route à cause d'une économie uniquement axée sur les profits des possédants : Vous a-vez des de-voirs ! Hugh !).

"Je ne veux plus que le salarié au Smic se désespère de voir qu'on peut gagner autant en ne travaillant pas, je ne veux plus qu'on cautionne un système social qui permet de vivre pendant des années des aides sociales sans aucune contrepartie". Il sait que c'est faux, que les chercheurs sur le sujet ont largement démontré que cette équivalence entre revenus du travail et revenus d'assistance est fausse, ATD Quart-Monde s'est exprimé là-dessus récemment, lui-même ne connaît aucun smicard ayant quitté volontairement son emploi pour vivre mieux aux aides sociales, mais il sait que ce mensonge fonctionne très bien dans l'opinion publique alors, sans vergogne, sans aucun scrupule, avec un cynisme qui fait froid dans le dos, il l'utilise, il le rabâche comme un vulgaire Wauquiez, il s'en gargarise. Quant à la contrepartie, elle nécessite tout un dispositif d'accompagnement qui ne ressemble en rien au "bénévolat obligatoire" qu'il prône.

Il ajoute : "Président de la République, nous [sic] mettrons en œuvre une allocation sociale unique qui se substituera à toutes les aides existantes qui ne pourra jamais être supérieure à 75 % du Smic, car sur le territoire de la République Française, jamais quelqu'un qui travaille doit gagner moins que quelqu'un qui est assisté. Et jamais quelqu'un qui est assisté [ne] doit pouvoir s'exonérer d'une obligation au service de la collectivité". Applaudissements : ah mais, les assistés vont morfler. Qui sait, dans la salle, qu'une personne seule au RSA perçoit 41,7 % du Smic (un couple : 59,6 %). Malgré quelques avantages (allocation logement un peu plus élevée, par exemple), il n'atteint même pas les 75 % du Smic.

Mais, comprenons bien : celui qui s'exprime ainsi, c'est celui qui a créé le RSA et qui, au cours de son quinquennat, n'a posé aucun acte favorisant réellement ceux qui sont contraints à le solliciter, aucune proposition permettant non pas le travail forcé, mais l'insertion. Qui n'a rien fait pour lutter contre le non-recours, c'est-à-dire le fait, reconnu par tous les spécialistes de la question, qu'un nombre important de personnes ayant droit au RSA ne le demandent pas (ignorant leurs droits, découragés par la complexité ou redoutant de devoir rembourser des indus) : le montant que l'État économise ainsi s'élève à plus de 5 milliards d'euros par an, soit davantage que ce que rapporte l'Impôt sur les grandes fortunes (ISF) que Sarkozy et plusieurs de ses copains LR veulent supprimer. Pourquoi n'en dit-il pas un mot ?

Allocs supprimées

Par contre, il prévoit de créer dans chaque département des internats spécialisés à encadrement renforcé pour y interner les élèves qui rendent la vie impossible dans les collèges et les lycées. Les familles qui refuseront se verront retirer les allocations familiales. La salle applaudit. Bêtement : cette proposition n'a aucun sens, car il présente tout à la fois une mesure autoritaire (coup de menton), que les familles pourraient refuser (ah bon). Oui, mais la suppression des allocs, c'est bon "Coco" comme programme, alors on fait d'une pierre deux coups.

La presse se faisant l'écho de ce discours a rapporté qu'il avait pris la défense d'une majorité oppressée par les assistés, "par les caïds, les voyous, les racailles". But recherché, but atteint. Et de se lamenter : sur les "millions de mes compatriotes" humiliés, sur le "peuple" qu'il dit si bien comprendre, contre l'élite qui ne prend pas le métro, ni les trains de banlieue, dans les collèges de ZEP, ironisant sur les bobos qui avec leurs paniers d'osier vont acheter des œufs frais au marché bio. On pouvait voir au premier rang le peuple qui prend le métro ! Et dans la salle tout une foule qui n'a rien à foutre d'une alimentation saine et des marchés bio !

Camille Pascal [photo extraite de Valeurs Actuelles]

A certains moments, ce tribun certainement efficace donnait l'impression qu'on passait un vieux film, avec Doriot à la tribune. On se disait que Marine Le Pen n'irait même pas si loin dans le mépris envers ceux qui souffrent le plus dans ce pays : elle en est capable, elle la fait, le Front National est le premier à avoir agité cette propagande indigne contre l'assistanat, mais il semble avoir un peu levé le pied (peut-être parce que les orientations du FN sont connues et qu'il n'a plus besoin de marteler comme le fait Sarkozy). On n'ignore pas que Sarkozy perd actuellement des plumes, mais il a aussi perdu ses plumes (Guaino, Buisson). Tout en faisant toujours du Buisson, grâce à Camille Pascal, qui lui écrit des discours. Cet ancien conseiller à l'Élysée est chroniqueur à Valeurs Actuelles, hebdo ayant ouvertement comme ligne éditoriale de rapprocher la droite LR et le FN. Notons en passant qu'il est mis en examen pour favoritisme dans l'affaire Bygmalion.

L'ancien chef de l'État aspirant à le redevenir, caresse son public de droite extrême dans le sens du poil : méprisant les assistés, ironisant sur les juristes, se moquant ouvertement du Conseil d'État. Ingrid Bétancourt, tout à sa dévotion, a révélé lors de ce meeting que les Farc de Colombie avaient trop peur de Sarkozy : évidemment, les réseaux sociaux s'en sont donné à coeur joie. Nous, il nous fait pas trop peur, mais honte !

On reconnaît dans la salle deux défenseurs acharnés des "valeurs supérieures"" du candidat [capture d'écran à la volée sur un reportage de "C dans l'air", France 5]

_______

. Voir mes billets sur le sujet :

- La guerre anti-pauvres aura bien lieu

- RSA : le mépris

- RSA : non au bénévolat obligatoire(dans Le Monde)

. Voir article de Mathilde Goanec de Mediapart intitulé : RSA contre bénévolat, le tribunal juge l'initiative illégale

_______

Billet n° 282

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

Lien avec ma page Facebook

Tweeter : @YvesFaucoup

  [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question. Par ailleurs, tous les articles sont recensés, avec sommaires, dans le billet n°200]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin