YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2012

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Mariage gay : l’Eglise entre le père et la mère

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans entrer dans toute la complexité du débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous, je voudrais relever deux bizarreries dans les arguments invoqués par les opposants.

1)      L’Eglise vient à leur rescousse, l’archevêque de Paris André Vingt-Trois qualifiant le projet de loi de « supercherie » et appelant à manifester pour s’y opposer. Il rejoint en cela l’UMP dont l’une des protagonistes du combat Fillon-Copé, Valérie Pécresse, a cru bon affirmer que son parti, s’il revenait au pouvoir, annulerait non seulement la loi mais aussi les unions d’homosexuels déjà célébrées (ça fait "décomplexion droitière", même si la rétroactivité est évidemment impossible).

A la mi-septembre, le cardinal Barbarin craignait que l’on aille jusqu’à lever l’interdiction de l’inceste, et le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, voit se profiler le risque de polygamie (10 novembre).

Dans ce délire médiatique, ce qui est intéressant c’est l’argumentation invoquée. Federico Lombardi, jésuite, déclare que le mariage « c’est admettre qu’un mari et une épouse soient reconnus publiquement comme tels, et que les enfants qui viennent au monde puissent savoir et dire qu’ils ont un père et une mère ». En somme, le mariage ne consacrerait pas un lien mais afficherait aux yeux de la société que cet homme et cette femme seront (futurs) père et mère. Le détour par l’analyse institutionnelle est étrange de la part d’hommes de foi, et leur mépris pour les couples qui ne veulent ou ne peuvent avoir d’enfant est manifeste.

Un philosophe et théologien, Xavier Lacroix, avait enfoncé le clou dans Sud-Ouest, le 7 novembre, en assénant qu’il ne s’oppose pas à l’adoption pour des raisons théologiques, mais pour des « raisons éthiques et anthropologiques ». Il s’insurgeait contre une croyance répandue, selon lui, qui présente le mariage comme « la célébration de l’amour entre deux êtres ». « Croire cela, écrit-il, est une illusion. Le mariage c’est la fondation d’une famille autour de la place faite aux enfants. »

Ainsi plusieurs déclarations de religieux ou théologiens, afin de réduire le mariage à la procréation (ce qui l’interdirait aux homosexuels), se rabattent désormais sur une conception quasiment sociologique du mariage, à l’opposé de tout ce qui s’écrivait jusqu’alors. En effet, si l’Eglise catholique a toujours proclamé le « croissez et multipliez-vous », elle affirme, dans ses textes officiels, que « le sacrement de mariage donne aux époux la grâce de renforcer et perfectionner leur amour ». Et Jean-Paul II, en affirmant dans sa Lettre aux familles (1994) que, par le mariage, le couple ne forme qu’une seule personne « dans la vérité et dans l’amour », il n’incluait pas, à ce stade, un tiers qu’est l’enfant. Sauf que, si le mariage est un lien amoureux entre deux êtres, même les théologiens, aujourd’hui, manquent d’arguments pour l’interdire à deux personnes du même sexe.

Du coup, ces exégètes sécularisent leur discours, en prenant la défense du mariage civil, en cherchant à sauvegarder sa pérennité, alors même que l’Eglise ne le reconnaît pas. Bizarre, non ?

2)      Les opposants au projet de loi insistent sur le fait que seuls un homme et une femme (un père et une mère) peuvent adopter. Cet argument serait plus convaincant aujourd’hui si le législateur n’avait pas, par une loi du 11 juillet 1966, autorisé l’adoption plénière d’un enfant par une personne célibataire, l’enfant ayant alors le caractère d’enfant légitime. Or, jusqu’alors, seul l’enfant issu d’un homme et d’une femme mariés avait le statut d’enfant légitime. Ainsi, la loi déclarait, il y a 46 ans, alors que le Général De Gaulle était président de la République, qu’un enfant pouvait ainsi avoir une mère mais pas de père (même pas un père inconnu). Ou, évidemment, un père mais pas de mère. Cette loi a permis à beaucoup de femmes célibataires, le plus souvent catholiques, parfois très pratiquantes, d’adopter un enfant. Personne ne leur a reproché de vouloir ainsi affirmer un « droit à l’enfant ». Et aucun parangon de vertu, aucun évêque ne s’est mobilisé contre cette atteinte à la sacro-sainte filiation issue du mariage.

L’ironie de l’histoire : c’est cette loi de 1966 qui a autorisé finalement que des couples homosexuels élèvent un ou des enfants, adoptés dans ces conditions. En effet, l’un des deux, célibataire, obtenait un agrément, souvent après avoir dissimulé la présence d’un conjoint du même sexe (ce conjoint, cependant, ne pouvant pas adopter, dans l’état actuel de la législation). Depuis quelques années, d’ailleurs, il n’y a plus nécessité de dissimuler, car les autorités administratives, accordant l’agrément, n’ont pas d’arguments juridiques pour s’y opposer. Les tribunaux administratifs contestent les conseils généraux qui refuseraient l’agrément, s’appuyant pour ce faire, sur un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, qui, désavouant une de ses propres décisions antérieures, a, depuis janvier 2008, condamné la France pour discrimination sexuelle, pour avoir refusé à une femme homosexuelle le droit d’adopter un enfant. Et tout adoptant célibataire a le droit d’élever cet enfant avec un conjoint, quelque soit le sexe de ce dernier : le seul obstacle serait qu’il ne partage pas le projet de son conjoint et n’accepte pas la venue de cet enfant. On voit que la boucle est bouclée, et que l’évolution des textes et des jurisprudences sur l’adoption explique, à bien des égards, la force du débat actuel. Sans, pourtant, que soit rappelée cette loi « fondatrice » qui rend caducs bien des arguments des opposants au projet du « mariage pour tous ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier